«Blue Whale» : le jeu qui donnerait des envies suicidaires aux ados

La baleine bleue serait capable de s’échouer sur une plage pour y mourir.[Flickr]

Cap ou pas cap de se scarifier le bras ? De se lever au milieu de la nuit pour écouter une chanson triste ? De se tuer ? Autant des «défis» proposés par le «Blue Whale», un jeu en ligne mrobide qui sévit sur le réseau social russe Vkontakt.

Baptisé ainsi en raison de la baleine bleue qui, selon la légende serait capable de s'échouer sur une plage pour y mourir de son plein gré, ce jeu a déjà fait quatre victimes.

A lire aussi : Comment les ados utilisent leurs portables

Dimanche 26 février, dans l’est de la Russie, deux adolescentes se sont jetées ensemble du toit d’un immeuble.

La même semaine, une troisième jeune fille s’est jetée sous un train, tandis qu’une quatrième, plus «chanceuse» a été grièvement blessée après avoir sauté du 5e étage.

Se donner la mort

Si la police n’a officiellement pas lié cette vague de suicides à ce jeu social, il semble évident que celui-ci n’a rien anodin.

A leur inscription sur le jeu, les joueurs se voient attribuer un administrateur. Pendant cinquante jours, ce dernier les soumettra à divers «défis» plus ou moins dangereux.

A lire aussi : Le «A4 waist challenge», le dangereux défi des adolescentes qui veulent maigrir

Pour montrer qu’ils sont de bonne foi, les joueurs devront même envoyer des photos qui prouveront que les défis ont bien été réalisés. Des photos bien évidemment «likées», commentées et glorifiées, pour encourager les jeunes à poursuivre le jeu.

Le défi ultime, qui surviendra le 50e jour, consistera finalement à se donner la mort.

Un dispositif de prévention

Le 1er mars, Facebook a de son côté mis en place aux Etats-Unis une intelligence artificielle qui pourrait détecter les personnes capables d’atteindre à leur vie.

Le dispositif identifie les posts aux contenus jugés inquiétants, et envoie des messages à ceux qui en sont à l’origine. «Est-ce que tout va bien ?» «Je m’inquiète pour toi».

Bien sûr, ce système n’en est pour le moment qu’à sa phase de test. Mais le point positif, c’est qu’il va se concentrer sur le Facebook Live, utilisé par certains jeunes pour se tuer en direct.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles