Maltraitance animale : pourquoi l’association L214 s’appelle-t-elle ainsi ?

Des manifestants, réunis à l'appel de l'association de défense des animaux L214, défilent à Paris, le 10 juin 2017, pour la fermeture des abattoirs. Photo d'illustration. [GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP]

L214 s'est fait connaître du grand public pour avoir publié plus d'une dizaine de vidéos montrant notamment des dysfonctionnements dans des abattoirs à travers toute la France. Mais d'où vient le nom de cette association de défense animale? 

De son propre aveu, ce nom un peu «mystérieux», comme l'association l'indique elle-même sur son site, fait tout simplement référence à l'article L214 du code rural.

En effet, depuis 1976, les animaux y sont désignés en tant qu'êtres sensibles. Le premier alinéa de cet article indique ainsi que «tout animal étant un être sensible», celui-ci «doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce».

D'après l'association - dont le nom complet est «L214 éthique et animaux» - «pour l'heure, cet article n'a pas été sérieusement pris en compte ni dans les pratiques ni dans le droit». En clair, d'après elle, les animaux, et plus particulièrement les animaux d'élevage, ne sont pas pris en charge comme ils le devraient, soit en respectant leurs différentes caractéristiques. 

Des vidéos chocs

Et pour appuyer ses dires, l'association a souvent recours à une méthode choc : elle n'hésite en effet pas à rendre publique des vidéos montrant des actes de cruauté sur des animaux. Quitte, pour cela, à employer des moyens illégaux.

Deux de ses militants doivent d'ailleurs comparaître lundi 12 juin devant le tribunal correctionnel de Versailles.

Ils sont jugés pour s'être introduits à la mi-décembre dans un abattoir de Houdan, dans les Yvelines, afin de récupérer des caméras qu'ils avaient préalablement placées dans l'établissement.

Celles-ci avaient notamment filmé le gazage au CO2 de porcins avant abattage et dont des images ont été rendues publiques quatre jours avant leur comparution. 

Mais leur action la plus emblématique, renforcée par la puissance des réseaux sociaux, est certainement leur vidéo de l’abattoir bio du Vigan (Gard), fermé à titre conservatoire le 23 février dernier, et qui a été vue plus d’un million de fois. Considérés comme «radicaux», par les autorités, les activistes de L214, assument, de leur côté, leur méthode, celle de la caméra cachée.

Près de 10.000 adhérents

L’association L214 a été fondée par Sébastien Arsac et Brigitte Gothière en 2008 à partir du collectif Stop Gavage, groupe qui milite pour l'abolition du foie gras.

Ce collectif poursuit depuis son action au sein de L214, cette dernière se chargeant également de plusieurs autres collectifs que l'on peut retrouver en ligne.

On peut ainsi citer, par exemple, Abolir-la-viande.org, qui, comme son nom l'indique milite pour l'abolition de la consommation de la viande, ou encore Politique & Animaux, qui permet de rendre visibles les positions des personnalités politiques sur divers thèmes liés à la condition animale.

Brigitte Gothière, qui était professeure dans l’enseignement professionnel et Sébastien Arsac, qui était professeur des écoles, se consacrent désormais à temps complet à leur association qui emploie maintenant une douzaine de salariés pour près de 10.000 adhérents.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles