L214 accuse un élevage de poules de maltraitance

L214 dénonce «des animaux dans un état déplorable et des conditions sanitaires exécrables»[FRED TANNEAU / AFP]

L'association L214, qui milite contre la maltraitance animale et la consommation de viande, a épinglé mardi un élevage de poules en batterie vendéen.

L'organisme de protection animale, qui n'en est pas à son premier coup, a interpellé le groupe agroalimentaire Panzani, client selon elle de cet élevage et a annoncé le dépôt d'une plainte devant la justice.

Dans une vidéo qu'elle indique avoir tournée ce mois-ci, L214 diffuse des images d'un élevage. Il appartient, selon l'association, aux Oeufs Geslin, dans la commune de Chauché (Vendée), et «détient près de 160.000 poules en cages».

Des poules «dans un état dramatique»

L'organisation dénonce, dans le communiqué accompagnant la vidéo, «des animaux dans un état déplorable et des conditions sanitaires exécrables», des poules «extrêmement déplumées, des parasites grouillant sur les oeufs, des poules blessées dans un état dramatique, des cadavres dans les cages, bloquant la circulation des oeufs».

«On demande au groupe Panzani de prendre ses responsabilités», a déclaré à l'AFP Johanne Mielcarek, une des porte-parole de L214, en exhortant le groupe agroalimentaire à «s'engager à exclure les oeufs de poules en cage de leur produits alimentaires». L'élevage incriminé présente, selon l'association, «des non-conformités avec la réglementation imposant certains aménagements dans les cages, comme la présence de litières». 

Selon elle, cet élevage fournit à la marque des «ovoproduits», c'est-à-dire des produits à base d'oeufs, qui peuvent notamment servir dans la fabrication des pâtes. L'association demande au groupe Panzani de cesser de s'approvisionner auprès de tout élevage de poules en batterie. L214 lance ce mardi une pétition et une campagne d'information publique interpellant le n°1 des pâtes alimentaires en France. 

Panzani nie être client

Dans la matinée, Lustucru frais, société du groupe Panzani et client d'Oeufs Geslin, a annoncé son intention de «réaliser immédiatement un audit sur les conditions d'élevage de la société Geslin», confié à la société Bureau Veritas et de «suspendre tout approvisionnement auprès des oeufs Geslin dans l'attente des résultats» de cet audit.

«Nous avons aujourd'hui la certitude que nous n'avons jamais reçu de produit de l'élevage incriminé», a indiqué de son côté à l'AFP Antonio Fortunato, directeur financier du groupe Panzani, qui a réaffirmé que «la société Lustucru frais va porter plainte pour diffusion de fausses informations». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles