La carte de France des prononciations en fonction des régions

Mathieu Avanzi a collecté les réponses de plus de 10.000 internautes. [Capture d'écran Google Earth]

Dans une France divisée par des accents et expressions propres à chaque région, un linguiste a élaboré une carte de France des prononciations de dix mots qui font débats au sein du pays.

C’est en se basant sur les réponses de plus de 10.000 internautes situés aux quatre coins de l’Hexagone que Mathieu Avanzi, un linguiste de l’université de Louvain en Belgique, a défini la géographie phonétique de France. Les résultats de son enquête ont été publiées sur son blog le 6 juillet dernier.

Mathieu Avanzi s’est inspiré des travaux d’André Martinez, qui, en 1940 déjà, avait mené une enquête similaire tandis qu’il était prisonnier dans un camp nazi. Il avait alors interrogé ses codétenus sur leurs habitudes de prononciation et avait constaté que plusieurs façons de prononcer la langue française existaient sur le territoire.

Grâce à la question «Faites-vous la différence entre «brun» et «brin» ?», il avait notamment découvert que les habitants de la région parisienne et de Bretagne prononçaient majoritairement les deux mots de la même manière.

 

brun-martinet.jpg

Près d’un siècle plus tard, l’absence d’opposition entre ces deux mots semble s’être étendue à la moitié Nord de l’Hexagone, tandis que la différence entre les deux phonèmes existe toujours dans le Sud. Deux parties du pays qui s’affrontent d’ailleurs à propos de la prononciation d’autres mots.

 

brun.jpg

 

Les cartes révèlent ainsi que les sudistes prononcent majoritairement la consonne finale du mot «moins», une lettre qui est également prononcée dans le mot «encens» dans le Sud-Ouest.

moins.jpg

Un autre débat éternel déchire le Nord et le Sud de la France, et concerne la manière de prononcer la voyelle «o» dans certains mots. Il est en effet fréquent que certaines personnes, prononçant «rose» avec un «o» ouvert, comme dans le mot «or», se fassent reprendre par leurs concitoyens. Il en est de même pour le mot «saute» : l’enquête révèle que dans le Sud, les habitants ne font généralement pas la différence entre «saute» et «sotte».

 

 

rose.jpg

Selon les propos du linguiste, il semblerait que ce soient les sudistes qui suivent les règles de phonétique. Ces derniers «ont une prononciation qui respecte mieux les fonctions cognitives du langage», a déclaré Mathieu Avanzi à Buzzfeed News.

Leur prononciation serait en effet conforme à une règle linguistique, la loi de position. Elle stipule que les syllabes qui se terminent par une voyelle prononcée (comme «dos», «plat», «deux»), sont dites ouvertes, et que la prononciation de la voyelle devrait être au contraire, fermée. En revanche, les syllabes comme «rose», «jaune» et «saute» sont dites fermées, car se terminant par des consonnes, et la voyelle devrait, en principe, être ainsi prononcée avec un «o» ouvert.

Les prononciations de «vingt», «persil», «cent euros», «piquet/piqué» et «poulet» ont également été étudiés à la loupe par le linguiste. Mais «aucune des variantes en circulation n’est meilleure ou plus correcte que l’autre […] [Elles] font partie de la langue, et sont liées à l’identité des francophones», conclut Mathieu Avanzi sur son blog, dans l'espoir de mettre fin à tout débat sur la prononciation de la langue française

vingt_0.jpg

cent_euros.jpg

persil.png

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles