Une pétition demande à la RATP d’agir contre les «frotteurs» dans le métro

Alice Millou réclame la mise en place d'une campagne de prévention visible. [MARTIN BUREAU / AFP]

À l'heure où la parole se libère pour dénoncer le harcèlement sexuel au quotidien, une jeune femme a lancé une pétition pour «des affichages anti 'frotteurs' dans le métro parisien».

«Avez vous déjà été agressée par ces hommes qui se frottent contre vous ou qui vous mettent la main aux fesses, la main sous la jupe ?» : écrit ainsi Alice Millou dans une pétition sur Change.org.

Alice Millou évoque son ras-le-bol de prendre le métro avec la boule au ventre. La peur d'être touchée, d'être harcelée. La peur des «frotteurs qui bandent», même contre un jean ou des vêtement amples.

Et Alice Millou n'est pas la seule à ressentir cette peur et ce dégoût. Selon une étude de l'Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU), publiée en avril dernier, 56,3% des femmes se déclaraient inquiètes à l'idée de prendre les transports en commun. 

Campagne de prévention visible

«Rien ne peux actuellement freiner ou diminuer ce phénomène (des frotteurs, ndlr) car aucun affichage n'apparaît dans les stations ou dans les wagons et ce n'est pas normal», estime Alice Millou, rappelant que «les agressions sexuelles autres que le viol sont punies de cinq ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende».

Elle demande ainsi la mise en place d'une campagne de prévention visible et «suffisamment claire et retentissante pour que toute femme se sente en sécurité dans les transports».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles