Les 500 mesures du plan climat votées au conseil de Paris

La municipalité parisienne oeuvre pour devenir une capitale plus verte et moins polluée. La municipalité parisienne oeuvre pour devenir une capitale plus verte et moins polluée.[© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP]

Vers une capitale plus verte ? La ville de Paris intensifie sa politique climat-énergie à travers son nouveau plan climat, dont les 500 mesures ont été votées ce lundi, en conseil de Paris.

Dix ans après l'adoption de sa première version, le plan climat – renommé plan climat air énergie territorial (PCAET) – affiche cette année de nouveaux objectifs, plus ambitieux encore. D'ici à 2050, la municipalité aspire en effet à «faire de Paris une ville neutre en carbone et 100 % énergies renouvelables»

Présenté une première fois aux élus du conseil de Paris, ce plan sera ensuite définitivement voté en mars 2018. Entre-temps, une consultation publique sera organisée de décembre 2017 à février 2018, permettant de recueillir les avis des citoyens mais également des acteurs de la métropole, de la région et de l'Etat.

Le plan climat concerne des thématiques variées, avec à la fois la question des nouvelles constructions, des mobilités plus propres ou encore de la qualité de vie. Parmi elles, certaines seront accompagnées de mesures particulièrement concrètes, mises en oeuvre par la mairie dès 2018.

 Bâtiments

Le nouveau plan porte l'objectif de rénover de façon écologique 1 million de logements, d'ici à 2050, et plus de 50 million de m2 de bureaux, commerces, hôtels et équipements publics. Parmi eux, les écoles, collèges et piscines participeront à diminuer près de 40 % des consommations énergétiques du parc municipal. La création d'éco-quartiers neutres en carbone et résilients sot également au programme, comme à Saint-Vincent-de-Paul, dans le 14e.

Transports

Comme la mairie l'avait annoncé fin octobre, son objectif est d'interdire la circulation aux véhicules diesel en 2024, puis aux véhicules essence en 2030. Selon Célia Blauel, l'adjointe à la mairie de Paris, en charge de l'Environnement, un travail sera également mené avec la métropole sur la mise en place d'une «zone de circulation restreinte», telle que celle qui existe déjà dans Paris intra-muros. Par ailleurs, elle souhaite également préparer l'avenir du boulevard périphérique, en prévoyant d'y intégrer par exemple une voie «réservée aux véhicules de covoiturage».

Alimentation

C'est un sujet majeur, qui appelle le plus grand nombre à changer son comportement. La mairie promeut en effet l'évolution «vers un régime flexitarien à l'horizon 2050». Ce qui signifie qu'elle oeuvrera en faveur des filières locales, ayant un plus faible impact sur l'environnement, avec des menus plus végétaux et moins carnés. A terme, l'objectif est d'atteindre 20 % de surfaces agricoles biologiques en Ile-de-France, et 30 % en 2050.

Déchets

La question des déchets est également un gros sujet pour la mairie, qui s'est fixée le but de recycler 100 % des déchets, à l'horizon 2050. Misant sur le «zéro déchet non valorisé», elle s'engage notamment à poser 1.000 stations Trilib' dans Paris et à généraliser la collecte des déchets alimentaires, avant 2020. Elle accompagnera également tous les chantiers dans une démarche d'économie circulaire afin que plus de la moitié d'entre eux soient «zéro déchet enfoui» en 2030 et 100 % en 2050. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles