Le logement pèse de plus en plus sur le budget des jeunes franciliens

La part du budget des 18-29 ans consacrée au logement a doublé en quarante ans.[© WITT/SIPA]

Au fil des décennies, se loger est devenu un effort de plus en plus lourd pour les comptes en banque des jeunes habitants de la région parisienne.

La part du budget des 18-29 ans consacrée au logement a doublé en quarante ans, selon une étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France parue ce jeudi sur leur site. Ceux qui résident dans le parc privé, soit près de 600.000 personnes, y con­sacrent aujourd’hui 26,2 % de leurs revenus (aides au logement comprises). Un chiffre qui n’était que de 13,1 % dans les années 1970.

loyers.png
© IAU IdF

Ce phénomène s’explique d’abord par la hausse vertigineuse des loyers dans la région parisienne, multipliés par dix sur la période. Le prix mensuel d’une location est aujourd’hui de 1.100 euros par mois, contre environ 100 euros il y a quatre décennies.

En parallèle, les ressources des jeunes ménages ont augmenté beaucoup moins vite, passant de 500 à 2.500 euros environ. De plus, ils n’ont guère pu se tourner vers le parc social, souvent inaccessible en raison d’un manque de rotation. Surtout, destiné aux familles, il offre peu de logements adaptés aux jeunes ménages. Ces derniers sont 18 % à être en HLM, contre 20 % auparavant.

Par ailleurs, il est devenu plus compliqué pour les 18-29 ans de devenir propriétaires (12 % d’accédant récents contre 20 % auparavant). Et face à la hausse des prix, ils ont dû s’endetter davantage, étalant leurs dettes sur 23,3 ans contre 16,3 ans il y a quatre décennies.

Des difficultés qui expliquent pourquoi près d’un million de jeunes Franciliens – soit un sur deux – vivent encore chez leurs parents, dont plus de 50 000 âgés de plus de 25 ans et qui ne sont plus étudiants.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles