Paris : plus de 50.000 PV distribués depuis le 1er janvier

Depuis le 1er janvier, plus de 50.000 FPS ont été distribués dans la capitale. Depuis le 1er janvier, plus de 50.000 FPS ont été distribués dans la capitale.[© ANA AREVALO / AFP]

Plus de 50.000 «PV» ont été dressés par les sociétés de gestion du stationnement dans la capitale, depuis leur prise de fonction le 1er janvier dernier.

C'est la déferlante des «PV» à Paris, depuis quinze jours. Les deux sociétés privées – qui ne mettent plus des PV mais des forfaits post-stationnement (FPS) depuis le 1er janvier – ont déjà réalisé plus de 750.000 contrôles.

Par ailleurs, les contrevenants semblent avoir adopté un nouveau comportement face au délit. «Je constate que dans les premiers chiffres, beaucoup ont choisi de payer l’amende instantanément, qui est ainsi réduite. C’est une bonne chose», a évoqué hier Anne Hidalgo, la maire de Paris.

Car si ces derniers règlent dans les quatre jours, le montant passe de cinquante à trente-cinq euros. Le nombre de paiements spontanés s’est donc envolé de 40 % dès la première semaine, comparé à à la même période l’an passé.

«Par rapport à la même période, le taux de paiement du stationnement est passé de 7,7 % à 13,2 %», se réjouit-on à la mairie, qui souligne ainsi l’efficacité de ce dispositif. Et avec 50.000 amendes décomptées, c'est près de 7 % des contrôles qui se sont avérés payants pour la mairie.

Une mesure efficace donc, mais qui en énerve plus d'un. Les médecins par exemple, jusque là exemptés d'horodateurs, et plus particulièrement... les policiers, qui ne sont plus épargnés non plus.

«Si les policiers risquent d'être verbalisés, ils prendront le temps de chercher une place et l'intervention attendra», a regretté à ce sujet Nicolas Pucheu, le secrétaire départemental adjoint du syndicat UNSA Police Grand Paris.

97371.jpeg

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles