Une association catholique accusée d'homophobie par les associations

L'association «Courage» prône la chasteté pour les personnes LGBT[[Wikimedia/Ludovic Bertron]]

L'association catholique «Courage» organise avec le diocèse Bayonne-Lescar-Oloron deux réunions publiques, le 7 mars à Bayonne et le 8 mars à Pau, sur le thème de «l'accompagnement des personnes à tendance homosexuelle». La conférence a provoqué la colère de plusieurs associations de défense des droits LGBT. 

Sur son site, la structure, créée aux Etats-Unis au début des années 80, prône une vie chaste pour les homosexuels et justifie notamment son existence par l'absence de «groupes de soutien ou d'information» pour aider ces personnes à aller vers «le chemin de la chasteté».

Cette «mission», qui devrait ainsi se tenir dans le Sud de la France, avec l'intervention de l'abbé Louis-Marie Guitton, a été critiquée par l'association Arcolan Bascos. Elle a rappelé dans un communiqué, publié lundi 26 février sur Facebook, que «Courage» «joue un rôle potentiellement dangeureux pour le bien-être des personnes» et que «les personnes culpabilisées d'avoir des désirs sexuels minoritaires [...] sont plongées dans une situation qui peut faire le jeu de manipulation et d'abus». 

Sur Europe 1, le président de SOS Homophobie, Joël Deumier, a affirmé, mardi 27 février, que les pratiques de «Courage» n'étaient «plus de la foi [...] plus de la spiritualité» mais «potentiellement sectaires». Avant d'ajouter : «Sous couvert de compassion et de foi chrétienne, on induit une très forte culpabilité qui peut conduire à l'isolement de la personne voire à des tentatives de suicide si la personne n'est pas armée face à ces méthodes que nous dénonçons»

L'abbé ne «force personne»

SOS Homophobie a également annoncé sur son site internet avoir «saisi  la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (Miviludes) chargée, sous l’autorité du Premier ministre, de coordonner l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre des dérives et pratiques sectaires». 

Interrogé par France Bleu Béarn, le diocèse de Bayonne-Lescar-Oloron n'avait «aucun commentaire à faire» sur ces deux conférences. De son côté, l'abbé Louis-Marie Guitton, qui doit les animer, a déclaré sur Europe 1 : «On ne force personne. Je m'adresse à ceux qui veulent suivre le Christ». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles