IDF : une campagne pour lutter contre le harcèlement dans les transports

Une campagne contre le harcèlement dans les transports en commun a débuté ce matin.[JACQUES DEMARTHON / AFP]

Île-de-France Mobilités, la RATP et la SNCF lancent, ce lundi 5 mars, une campagne de sensibilisation contre le harcèlement sexiste et sexuel dans les transports en commun.

Une initative nécessaire, alors que neuf voyageuses sur dix déclarent avoir été victimes de harcèlement ou d'agression sexuelle dans les transports en commun, selon la SNCF. Un fléau que les organisateurs de cette campagne comptent bien prévenir en sensibilisant tous les usagers à signaler toutes les situations qui présentent un risque pour les voyageurs.

Jusqu'au 27 mars, les Franciliens pourront lire «Ne minimisons jamais le harcèlement sexuel. Victimes ou témoins, donnez l’alerte !» sur des affiches des couloirs du métro parisien ou sur les bus. Les affiches ont été pensées sur le même concept. Une femme tient une barre de métro dans un paysage naturel, et derrière elle, un animal sauvage, représentant le harceleur, est prêt à l’attaquer.

Un concept qui a suscité quelques critiques, soulignant que de mettre un animal sauvage à la place des hommes sur les affiches n'était pas la meilleure manière de faire en sorte que ces messieurs se sentent concernés.

Des solutions concrètes présentées

Plusieurs dispositifs ont également été mis en place pour alerter les agents de sûretés de la SNCF 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Les témoins ou victimes de harcèlement pourront appeler le numéro 3117, ou envoyer un SMS au 31177. À présent, l'application ViaNavigo dispose d'un bouton d'alerte 3117.

A ce sujet, des messages d'information seront diffusés dans les gares et les stations : sur les 3.000 écrans d'information, mais également grâce à des diffusions sonores sur l'ensemble du réseau des transports en commun franciliens.

Invitée sur France Inter, Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, a annoncé la mise en place d’une autre mesure en parallèle de la campagne publicitaire.

Dès aujourd’hui, les femmes de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne auront des arrêts de bus à la demande toutes les nuits à partir de 22h. Elles pourront être déposées près de chez elle, et non à une station de bus. Ce service expérimental assurera la sécurité des femmes qui travaillent à des horaires décalés. Si l’expérience se montre efficace, elle pourra être renouvelée et élargie aux autres départements franciliens.

Par ailleurs, l'initiative a été saluée par la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa qui mène une lutte sans relâche contre les agressions faites aux femmes. Depuis plusieurs jours, elle défend notamment la création d'un nouveau délit qui verbalise le harcèlement sexuel et l'outrage sexiste dans les lieux publics.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles