Violences conjugales : l'ex-compagne d'un footballeur pro raconte l'enfer qu'elle a vécu

La une de l'Equipe, consacrée à ce témoignage poignant, a été saluée sur les réseaux sociaux. [JACQUES DEMARTHON / AFP]

L’ex-compagne d’un footballeur professionnel, passé par la Ligue 1, témoigne dans L'Equipe de l’enfer qu’elle a vécu à ses côtés. Une interview poignante où le nom du joueur n’est pas révélé.

Miriam, dont le prénom a été changé, a décidé de témoigner lorsqu'elle a découvert que son ancien ancien conjoint avait frappé sa nouvelle compagne. «J’ai peur qu’il finisse par tuer quelqu’un», confie-t-elle ainsi dès le début de l'entretien.

En 2014, Miriam rencontre le footballeur professionnel en Afrique, où il était alors «adorable». Ce n'est qu'à son arrivée en France, lorsqu'elle s'installe avec lui, elle découvre un autre homme «pas très stable» et surtout «violent». « N'importe quoi pouvait déclencher sa violence...», raconte-t-elle.

Elle précise : «Il cherchait toujours un prétexte pour taper. Et ce n’était pas des petites gifles, mais des coups de poing dans le ventre, sur le visage, partout…». Des coups qui l’ont amené à plusieurs reprises à l’hôpital tant les blessures étaient parfois graves.

Pour cacher la violence de son conjoint, elle inventait des accidents qui pouvaient justifier ses ecchymoses et ses plaies. «Je refusais toujours de porter plainte parce que j’étais amoureuse de lui et que je voulais le protéger, lui et son football.», explique-t-elle. Miriam refusait ainsi de laisser les policiers emmener son compagnon lorsqu’ils débarquaient à leur domicile après les plaintes de voisins.

Jalousie maladive

Miriam témoigne également de la jalousie maladive du footballeur, qui l'a isolée peu à peu. Sa jalousie était telle qu'il n'hésitait pas à mettre sa vie en danger. Elle dévoile l'une de ses crises, en voiture, alors qu'il voulait obtenir son mot de passe Instagram pour vérifier ses messages privés  : «Comme je refusais, sur une route pleine de virages, il s’est mis à accélérer jusqu’à 200 km/h, a décroché ma ceinture de sécurité en bloquant le loquet avec sa main».

Pour se faire pardonner de ses agissements, «Monsieur» lui faisait des cadeaux. Elle cite notamment une voiture neuve.

Miriam finira par le quitter, enceinte de plus 5 mois, après un nouveau déchainement de violences. «Aujourd’hui, je réalise que j’aurais pu mourir», souligne-t-elle.

La couverture de L’Équipe vivement saluée

La une de l'Equipe , consacrée à ce témoignage, a été saluée unaniment sur les réseaux sociaux.

«En consacrant sa ‘une’ à un témoignage direct de violences conjugales L’Équipe agit une fois de plus pour lever un tabou majeur et défendre les femmes», a notamment souligné la secrétaire d’État chargée de l’égalité femme-homme, Marlène Schiappa.

Le quotidien sportif qui n’a pas révélé l’identité de l’ancien couple, est également félicité plus largement pour avoir mis en lumière le sujet des violences conjugales dans le mieux sportif.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles