Accident de manège : le propriétaire mis en examen

Un père de famille de 40 ans est décédé dans l'accident. [AFP ]

Le propriétaire du manège accidenté près de Lyon a été mis en examen lundi après-midi pour homicide involontaire et blessures involontaires. La veille, un père de famille avait perdu la vie dans un accident dont les circonstances sont encore sombres. 

Un expert judiciaire a été commis dès samedi soir, afin de rechercher les causes du drame qui s'est produit sur et aux abords d'un manège composé de quatorze nacelles accrochées à une structure tournante, qui monte et descend. Le rapport de cet expert n'est pas attendu avant plusieurs jours.

L'audition d'une dizaine de témoins qui se trouvaient au pied de l'attraction et sur le manège a permis ce dimanche soir de «confirmer que la personne décédée, sa compagne et son fils, légèrement blessé, se trouvaient dans une nacelle au moment de l'accident», a précisé le parquet.

Une nacelle s'est décrochée

Par ailleurs, il n'est «pas exclu que le père de famille décédé ait d'abord été blessé par une structure en fibre de verre (un papillon) qui s'est détachée au moment de l'accident». L'autopsie de la victime est prévue en début de semaine.

Le drame s'est produit aux alentours de 16h30. La nacelle d'une attraction s'est détachée au cours de l'après-midi, à l'occasion d'une fête foraine de Neuville-sur-Saône, dans la métropole de Lyon. La victime, un homme de 40 ans, était accompagné de ses deux enfants.

Quatre autres personnes ont été blessées, un second adulte, grièvement, et trois enfants, plus légèrement, parmi lesquels un petit garçon de 8 ans. Le pronostic vital du blessé grave n'est a priori pas engagé, selon la préfecture. Douze personnes, qui a priori se trouvaient sur le manège, ont été prises en charge sur place, extrêmement choquées.

Face à un tel drame, qui a suscité une vive émotion dans cette petite commune d’environ sept-mille habitants, la mairie a pris un arrêté pour fermer les attractions, rapporte l'AFP.

Le dernier accident mortel sur le sol français remontait à septembre 2014. Deux adolescentes avaient été éjectées de la voiture d’une «chenille» tournante qui était alors en pleine vitesse, à Flins-sur-Seine (Yvelines).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles