Vidéo : L214 dénonce un élevage de porcs dans le Tarn

Les images, terribles, témoignent de l’ampleur du désastre dans cet élevage intensif d’engraissement de porcs. [Capture d'écran Youtube L214]

Les images font froid dans le dos. L’association L214 dévoile une vidéo tournée un élevage d'engraissement porcin à Peyrole, dans le Tarn, montrant des animaux malades, blessés ou morts. L214 demande la fermeture de l'exploitation.

Les conditions d’hygiène ne sont pas aux normes, les animaux vivent dans des caillebotis souillés, non loin de rats et de blattes et des cochons sont blessés, avec des blessures infectées. D’autres sont morts, gisant à côté des vivants…

Les images, terribles, témoignent de l’ampleur du désastre dans cet élevage intensif d’engraissement de porcs.

Les animaux vivent au milieu de leurs excréments

Dans cette vidéo fournie à la presse ce 12 avril, l'association L214, qui lutte contre l'utilisation des animaux et les conditions de vie indignes qui leur sont imposées, dénonce ce nouveau cas de maltraitance animale. L214 dénonce notamment «les caillebotis obstrués ou le sol en béton non raclé qui obligent les animaux à vivre au milieu de leurs excréments».

Des animaux «présentant des blessures sévères», notamment aux oreilles et aux flancs, ne sont pas isolés des autres bêtes, «ce qui ne conduit qu'à aggraver l'état d'infection de leurs plaies», selon L214. L'association déplore en outre les morsures aux oreilles, «signe d'un environnement d'élevage inadapté», et stipule également que de nombreux porcs ont la queue coupée, sans doute pour éviter les morsures. Cette pratique «routinière» est interdite par la réglementation.

Sur les images, on aperçoit des animaux lécher les plaies de leurs congénères. L214 rappelle que «l'éleveur est tenu de contrôler régulièrement l'état de santé des animaux, d'isoler les animaux malades et blessés dans un endroit sec et confortable et de les soigner».

Une plainte pour «pour maltraitance par négligence»

L214 a décidé d'alerter la Direction départementale de la Protection des Populations (DDPP) du Tarn sur la situation sanitaire de cet élevage. Elle va également porter plainte contre l'éleveur pour maltraitance par négligence. 

L’association n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle avait auparavant dénoncé les conditions d'abattage des animaux d'élevage, avec plusieurs vidéo-chocs comme dans l'abattoir de Pézenas dans l'Hérault en 2016.

France 3 révèle que la DDPP du Tarn a indiqué que l’exploitation avait déjà été contrôlée en 2014 et qu’une nouvelle inspection avait eu lieu sur place mercredi 11 avril. En cas de constatation de manquements à la réglementation, l'élevage pourrait être fermé.

Contacté par France 3 le 11 avril, l'éleveur a réfuté que ces images aient été tournées dans son exploitation mais a refusé d'ouvrir ses portes à la chaîne de télévision.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles