Ce que l'on sait de l'évasion de Rédoine Faïd

Le célèbre braqueur de fourgons Rédoine Faïd s'est évadé de la prison de Réau (Seine-et-Marne) par hélicoptère ce dimanche 1er juillet, avec l'aide d'un commando armé. Retour sur cette évasion, digne d'un film d'action. 

Tout a commencé dans la matinée du dimanche, aux alentours de 11h20. Rédoine Faïd, âgé de 46 ans, était incarcéré dans la maison d'arrêt de Réau pour purger plusieurs peines : il avait été condamné à 25 ans de réclusion criminelle, en avril 2016, pour un braquage raté à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) en 2010, qui avait entraîné la mort d'Aurélie Fouquet, une policière de 26 ans.

Au cours de l'année 2017, il avait également écopé de 10 ans de prison pour une première évasion, puis de 18 ans supplémentaires pour le braquage d'un fourgon blindé dans le Pas-de-Calais en 2011. 

Hélicoptère et fumigènes

Le jour de son évasion, le prisonnier était au parloir avec son frère, Brahim. C'est à cet instant précis qu'un hélicoptère Alouette II s'est posé dans la cour d'honneur de la prison, seul endroit dépourvu de filets anti-aérien. Selon le témoignage d'une source policière à France 3, trois complices lourdement armés, vêtus de noir de la tête aux pieds, ont allumé des fumigènes avant d'ouvrir les portes de la prison à l'aide d'une disqueuse. 

Ces derniers ont ensuite extrait le prisonnier du parloir, avant de remonter à bord de l'hélicoptère. «L'évasion a duré quelques minutes seulement. Il n'y a pas de blessé ni d'otage», a indiqué le ministère de l'Intérieur. L'homme qui pilotait l'engin était un instructeur, qui a été pris en otage par les complices de Rédoine Faïd tandis qu'il attendait un élève au centre de pilotage de Lognes-Emerainville (Seine-et-Marne). 

La fuite vers le Nord

Tous se sont par la suite envolés vers la ville de Gonesse. C'est dans cette commune du Val-d'Oise que le fugitif et ses complices ont abandonné le pilote et son hélicoptère, qu'ils avaient préalablement carbonisé. L'instructeur a quant à lui été retrouvé en état de choc, mais sain et sauf. 

La fuite s'est ensuite poursuivie à bord d'une Renault Mégane noire, qui a pris l'autoroute A1 jusqu'au centre commercial O'Parinor d'Aulnay-sous-Bois. La berline a été abandonnée dans le parking et, selon les informations de France 3, les malfaiteurs sont ensuite montés à bord d'une camionette blanche de type Citroën Berlingo portant un logo Enedis, et ont pris la direction du Nord. 

Plusieurs mois de préparation

Depuis cette cavale en l'Ile-de-France, plusieurs milliers de policiers et gendarmes ont été mobilisés pour mettre la main sur celui qui est désormais l'homme le plus recherché de France. Brahim Faïd a été placé en garde à vue, mais pour l'instant, aucun indice n'a permis de localiser son frère Rédoine et ses complices. 

Les premières informations semblent indiquer que cette évasion avait été fomentée depuis plusieurs mois déjà. «C'était une évasion hors normes qui a nécessité un commando bien préparé», a déclaré ce 2 juillet la ministre de la Justice Nicole Belloubet, avant d'indiquer que les complices avaient probablement utilisé des drônes, qui avaient «survol[é] l'établissement» «il y a quelques mois» pour repérer les lieux.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles