Défilé du 14 juillet : ce qu’il faut retenir de la cérémonie

La deuxième cérémonie du 14 juillet du président Macron s'est déroulée samedi dans un contexte moins lourd que l'an dernier. Globalement, ce fut une réussite. Voici cinq choses à retenir de cette journée. 

Un président à l'écoute de son armée

L'an dernier, la première cérémonie du 14 juillet d'Emmanuel Macron ne s'était pas déroulée dans un climat apaisé. La veille du défilé, le chef d'état major de l'armée le général Pierre de Villiers avait démissionné afin de protester contre la diminution du budget de la Grande Muette. Cette année, le Parlement a approuvé en juin la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025. Ainsi, le budget de la défense doit bénéficier d'une hausse de 1,7 milliard d'euros par an jusqu'en 2022 avant d'atteindre 3 milliards par an à partir de 2023. De quoi apaiser les relations du chef et de ses troupes. 

De légers couacs 

Dans ces événements médiatisés, la moindre erreur est relayée à vitesse grand V sur les réseaux sociaux. La première salve de taquineries est venue des motos de la gendarmerie. Deux engins sont entrés en collision et les partages de la vidéo se sont envolées. D'ailleurs, la prestigieuse Patrouille de France n'a pas été épargnée. Moment fort du défilé, la coloration du ciel par les Alpha Jet ne s'est pas passée comme prévu. Le bleu-blanc-rouge traditionnel a vu une bande de rouge border le bleu pour offrir un drapeau tricolore inédit. 

Le retour du selfie gouvernementaL

On pensait les ministres et secrétaires d'État vaccinés contre le selfie. Lundi 9 juillet, un cliché de 9 membres du gouvernement, publiée par Marlène Schiappa, avait été raillé par les internautes. Nombre de commentaires renvoyait cette pratique à une mode pour les ados. La secrétaire d'État a fait fi des remarques pour publier un nouveau selfie avec au centre Gérard Collomb. Entouré de Nicole Belloubet, Brune Poirson, Sophie Cluzel et de Delphine Geny-Stephann, le ministre de l'Intérieur s'est prêté au jeu avec le sourire... pour une nouvelle vague de taquineries sur Twitter.

L'hommage aux soldats blessés

Le 23 juin dernier s'est tenue la deuxième édition de la Journée nationale des blessés, dans la cour du Dôme des Invalides à Paris, en présence d'Emmanuel Macron. Cette journée est l'occasion d'honorer les soldats blessés physiques et psychiques. En ce 14 juillet 2018, trois soldats blessés se trouvaient dans les Alpha Jet qui ont survolé la capitale française.

Un aspirant de 17 ans défile avec son père

Il s'agit de la belle histoire du jour. Un aspirant aviateur réserviste de 17 ans, Bastien, a défilé ce samedi 14 juillet... en compagnie de son père ! «C'est un vrai plaisir de défiler avec mon fils», a déclaré sur BFM le capitaine Ludovic. Les deux hommes appartiennent à la base aérienne 107 de Villacoublay. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles