Les 8 plus grandes victoires de l'équipe de France en Coupe du monde

Zinedine Zidane en finale de la Coupe du monde 1998.[GABRIEL BOUYS / AFP]

Les Bleus espèrent écrire une belle page de leur Histoire en Russie, où ils ont déja réalisé des performances entrées dans la légende. Retour sur les sept victoires inoubliables de l'équipe de France en Coupe du monde.

France - Irlande du Nord, 19 juin 1958, Norrköping (Suède)

Après s'être qualifiée de justesse en battant l'Ecosse en poules (2-1), le Bleus emmenés par leur buteur Just Fontaine et la star Raymond Kopa affrontent l'Irlande du Nord pour une place en demi-finale. Devant 12.000 spectateurs, ils livrent une prestation de rêve, l'emportant 4-0 avec un doublé de Just Fontaine, un but de Maryan Wisnieski et un autre de Roger Piantoni. 

L'équipe de France accède à sa première demi-finale de Coupe du monde. Les journaux, extatiques, promettent déja le trophée aux Bleus. Mais face au Brésil, et pénalisés par la blessure de Robert Joncquet alors que les remplacements ne son pas autorisés à l'époque, ils s'inclineront 5-2. Un jeune prodige brésilien nommé Pelé, âgé de 17 ans à peine, inscrit un triplé, écrivant ainsi la première ligne de sa légende. 

L'équipe de France ira tout de même chercher la troisième place face à la RFA en l'emportant 6-3. Quelques mois plus tard, Raymond Kopa obtiendra même le ballon d'or (Pelé n'y était pas éligible puisque le trophée était alors réservé aux Européens). 

France - Brésil, 21 juin 1986, Guadalajara (Mexique)

Ce France-Brésil en quarts de finale de la Coupe du monde 1986 constitue le premier match de référence de l'équipe de France en Coupe du monde, sa première grande victoire après plusieurs déceptions. Braucoup considèrent même qu'il s'agit du chef d'œuvre absolu de la sélection nationale. 

Dans un stade Jalisco de Guadalajara entièrement aux couleurs du Brésil, Michel Platini et ses coéquipiers, qui viennent de battre le tenant du titre, l'Italie, affrontent une équipe mythique où l'on trouve Socrates, Zico, Junior ou encore Julio César.

Malmenés en première mi-temps et rapidement menés 1-0, puis 2-0, les Bleus se reprennent et parviendront à égaliser grâce à Michel Platini, et s'en remettent à un Joël Bats en état de grâce pour maintenir le score jusqu'aux prolongations. 

Lors de la séance de tirs aux buts, Luis Fernandez donne la victoire à l'équipe de France, qui affrontera en demi-finale la RFA. Un match qui se terminera, cette fois, par une défaite.

France - Croatie, 8 juillet 1998, Saint-denis

Un véritable miracle. Cueillis a froid à l'entame de la seconde mi-temps par un but du goleador Davor Suker, les Bleus vont réagir dans la foulée via un défenseur, Lilian Thuram. Après avoir sollicité un une-deux avec Youri Djorkaeff, le joueur de Parme fusille le gardien croate, pour son premier but en sélection.

A la 70e minute, il récidive, inscrivant un doublé entré dans la légende, avant de fixer l'une des images mythiques de la Coupe du monde avec sa fameuse célébration « le penseur », agenouillé et semblant s'interroger sur ce qu'il venait de se passer. Au final, les deux seuls buts inscrits par Thuram sous le maillot bleu (142 sélections, quand même) l'ont été pendant ce match. 

France - Brésil, 12 juillet 1998, saint-denis

Pour sa première finale de Coupe du monde, la France joue à domicile contre la mythique équipe du Brésil, dans laquelle évolue le meilleur joueur du monde de l'époque, Ronaldo, alors âgé de 21 ans. Mais, victime d'un malaise la veille, ce dernier n'est que l'ombre de lui-même sur le terrain.

Galvanisés par les encouragements de tout un peuple, les Bleus réalisent le match parfait. Zidane marque de la tête par deux fois sur corner (un de chaque côté), avant qu'Emmanuel Petit ne vienne parachever ce qui restera sûrement à jamais comme le moment le plus magique de l'histoire des Bleus. Même si la France gagnait une autre Coupe du monde, la première fois est toujours la plus belle. 

France - Espagne, 27 juin 2006, hanovre (Allemagne)

Avant d'aborder ce huitième de finale, les Bleus sont dans le dur. Après le fiasco à la Coupe du monde 2002, l'équipe de France veut se racheter. Zinedine Zidane, qui a annoncé son retour en sélection quelques semaines avant la compétition, a fait l'objet de vives attaques de la presse espagnole, qui souhaite voir la Roja le renvoyer à la retraite, et il est plus motivé que jamais. 

Menés sur un penalty de Villa, les Bleus égalisent via le jeune Franck Ribéry, avant que Vieira ne leur donne l'avantage sur un coup franc de Zidane. C'est ce dernier qui parachève la belle prestation de Bleus sur une superbe action individuelle.

France - Brésil, 1er juillet 2006, Francfort (Allemagne)

Face à son adversaire favori, le Brésil, la France joue le meilleur match de l'ère Domenech. Zinedine Zidane maîtrise son art comme jamais et livre ce qui restera comme son chef d'œuvre en équipe de France, multipliant les gestes techniques et les actions de classe. A tel point que Pelé le qualifiera de « magicien ». 

Le score (1-0) ne reflète pas la domination absolue des Bleus sur la rencontre. La France se qualifie pour les demi-finales, où elle affrontera le Portugal. Mais elle échouera en finale face à l'Italie, lors d'un match que les Français préfèreront oublier, marqué par l'expulsion de Zizou après son coup de tête.

France - Argentine, 30 juin 2018, Kazan (Russie)

Après avoir terminé première d'un groupe facile composé du Pérou, de l'Australie et du Danemark, la France aborde les huitièmes de finale relativement confiante mais sans certitude. Face au Danemark au match précédent, ils ont joué un match ennuyeux (0-0), mais qui laissait à penser qu'ils en avaient encore sous le pied.

Tout commence pour le mieux pour les Bleus, qui ouvrent le score à la 13e minute via Griezmann sur un penalty obtenu par Mbappé à l'issue d'une course incroyable. Dans la foulée, on croit à un deuxième penalty, mais c'est finalement un coup franc à l'entrée de la surface qui est sifflé, et qui ne donnera rien.

L'affaire se complique avant la mi-temps, lorsque Di Maria égalise d'une frappe splendide. A la 48e, Mercado donne l'avantage aux Argentins et la France tremble. Mais comme en 1998 face au Paraguay puis la Croatie, c'est un inattendu défenseur qui redonne espoir aux Bleus. Pavard, d'une frappe monumentale, égalise. Avant que le petit génie de l'équipe de France, Kylian Mbappé, ne marque deux fois en cinq minutes, donnant un avantage décisif à l'équipe de France. 

FRANCE - Croatie, 15 juillet 2018, Moscou (Russie)

Si les Bleus n'ont pas développé leur meilleur football face aux Croates, il s'agit tout simplement d'une finale de Coupe du monde. Une finale gagnée. Mais avant de remporter le deuxième titre de champion du monde de l'équipe de France, les Bleus auront eu un peu de chance. Après un premier but marqué contre son camp par Mandzukic et l'égalisation de Perisic, Griezmann obtenait un penalty grâce à la vidéo, avant de le transformer. Redonnant ainsi l'avantage aux Bleus. 

Pogba puis Mbappé allaient sceller le destin de la rencontre, que même un but de la Croatie sur une énorme erreur de Lloris n'allait pas modifier. 

Kylian Mbappé sera élu meilleur jeune de la compétition, suscitant les louanges du grand Pelé. A 19 ans, il est parti sur les traces du Brésilien. Et le 23 Français ont rejoint leur aînés de 1998 dans la légende du sport français, et du foottball mondial.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles