Paris : voici onze alternatives à la voiture individuelle pour se déplacer dans la capitale

Vélos, scooters, voitures et même trottinettes... Aujourd'hui, les rues de la capitale regorgent de différents modèles de véhicules partagés.[© PLB / CNEWS]

Alors que les chaleurs de ce mois de juillet poussent à fuir les transports en commun saturés ou la voiture, la mairie a présenté ce jeudi 19 juillet, douze «véhicules de mobilité partagée», apparaissant comme la parfaite alternative. 

Voiture en autopartage, vélos, trottinettes et scooters électriques en free-floating... Toutes ces solutions de mobilités partagées sont disponibles à Paris, ou le seront bientôt. Et celles-ci s'inscrivent, selon la municipalité, «dans le cadre de la lutte contre la pollution dans la ville et de la réduction du trafic des véhicules les plus polluants».

«Une voiture ou un scooter en autopartage remplace en moyenne sept véhicules en circulation, participant ainsi à la réduction des gaz à effet de serre et des émissions de polluants», présente ainsi la mairie de Paris, qui assure que de nouveaux services «vont ainsi se répandre au cœur de Paris».

Petit tour d'horizon de l'ensemble des acteurs de cette mobilité partagée parisienne :

Les voitures en autopartage

Ubeeqo

Avec 320 voitures stationnées dans Paris, Ubeeqo se positionne comme un service de location de voitures en libre-service, disponibles à moins de 500 mètres du client intéressé. Et le principe est simple : il faut télécharger l'application, se créer un compte, puis réserver une voiture, à l'heure, ou à la journée. Sachant qu'il est possible de quitter Paris avec.

Les voitures sont stationnées dans des parkings et autres stations – environ 105 dans Paris – et sont disponibles grâce à l'application. Avant de démarrer, il faut d'abord répondre à deux questions concernant les dégâts éventuels du véhicule et sa propreté, et ce, grâce à un outil qui se trouve dans la boite à gants.

Avec un abonnement de 27 euros par trimestre (soit 9 euros par mois), chaque voiture sera disponible à partir de 4 euros de l'heure ou 29 euros par jour, avec le carburant (une carte carburant est disponible dans la voiture) et l'assurance inclus pour les 50 premiers kilomètres. Sans abonnement, il faut compter 5 euros de l'heure ou 45 euros la journée.

(35 euros offerts avec le code EVENT et 20 euros offerts avec le code UBEE2018)

Communauto

Présente dans plus de douze villes dans le monde, cette société canadienne dispose – pour l'instant – de 150 voitures à Paris, et dans six villes de petite couronne. Grâce à l'application dédiée, le client peut dès à présent réserver et louer un véhicule pour une heure, une journée ou une semaine, avec carburant et assurance inclus. 

S'il est ensuite possible d'aller aussi loin que nécessaire avec, la voiture est néanmoins à redéposer à l'endroit même où elle a été empruntée. Il faut compter 1,5 euro de l'heure ou 15 euros par jour sur toutes les voitures. Selon Communauto, il faut compter environ 5,6 euros pour deux heures et 10 kilomètres, ou encore 35 euros pour six heures et 100 kilomètres.

(25 euros offerts aux 100 premiers inscrits avec le code BIENVENUE25)

Zipcar

«Leader mondial de l'autopartage», Zipcar propose des modèles variés de véhicules à louer en libre-service à Paris : de la citadine à l'utilitaire, en passant par la berline. Accessible 24h:24 et 7 jours sur 7, le service est disponible dans plus de 60 points de retrait dans la capitale.

Les prix fluctuent ensuite en fonction du modèle choisi, moins élevés pour les citadines que pour les utilitaires, sachant qu'il faut nécessairement s'abonner au préalable (abonnement mensuel et sans engagement). Le reste est similaire à ses concurrents puisqu'il est possible de réserver un véhicule pour une heure, une journée, un week-end ou pour la semaine.

Les vélos en free floating

Mobike

Quelques mois après leur arrivée à Paris, ce service de location de vélos sans bornes a continué de s'étendre, atteignant 5.000 vélos déployés à l'automne. Un nouveau prototype de vélo a également été développé, avec trois vitesses et une selle plus haute. Un panneau solaire a même été installé dans le panier, afin d'alimenter le cadenas.

Pour répondre à la demande, Mobike a lancé plusieurs abonnements, l'un mensuel (9,9 euros) et l'autre annuel (54 euros, soit 4,5 euros par mois), «pour une consommation illimitée du service». Chaque utilisateur peut ainsi emprunter un vélo pour deux heures. Et s'il veut pédaler plus longtemps ? «Il lui suffit de finir sa location, de fermer le cadenas, et l'emprunter à nouveau».

OFO

Avec 2.500 vélos, cet autre service de vélos en free-floating est déjà implanté à Paris mais dans les Hauts-de-Seine, à Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret et Boulogne-Billancourt. «Nos vélos sont utilisés quatre fois par jour en moyenne, soit 5.000 à 10.000 trajets quotidiens», explique-t-on chez Ofo.

Des abonnements à la journée, à la semaine et au mois sont désormais proposés, «afin de densifier l'offre». Comme chez Mobike, un forfait mensuel à 9,9 euros permet donc de faire des trajets de deux heures, en illimité.

Donkey Republic

C'est le dernier arrivé à Paris, ce nouvel opérateur du vélo en libre circulation s'est lancé en mai dernier dans la ville lumière. Cette société danoise y a en effet déployé 250 vélos, à destination des Parisiens et des touristes.

Mais pas n'importe comment. En accord avec la mairie, celle-ci a d'abord installé ses vélos à des arceaux publics, encore limités à onze arrondissements (sur vingt). A titre d'expérimentation, ces «parkings» imposés doivent de fait remplacer le dépôt anarchique des vélos en libre-service n'importe où dans Paris.

Oribiky

C'est un nouveau venu dans le paysage des vélos à louer en libre-service, attendu pour la rentrée. Avec la particularité d'être électrique et en «semi-floating». Fin novembre 2018, lorsque les 400 premiers vélos d'Oribiky seront déployés dans la capitale, ils ne le seront pas partout, mais uniquement à des emplacements dédiés, choisis en accord avec la mairie de Paris.

«Il s'agit d'une zone identifiée en fonction des besoins par la municipalité et nous-mêmes», explique-t-on côté Oribiky. Le but affiché étant de ne pas participer à l'émancipation des parkings sauvages qui pullulent dans les quartiers touristiques de la capitale.

Les scooters en libre service

Cityscoot

C'est le grand gagnant cette année, Cityscoot a littéralement inondé la capitale de scooters électriques en libre-service, avec un objectif de 3.000 véhicules déployés à la rentrée. Avec aucun abonnement, pas d'engagement et un décompte à la minutes, ils ont remporté le point de la facilité d'utilisation. 

Côté prix, il faut compter 0,28 centimes la minute ou 0,20 centime pour un forfait à 20 euros acheté préalable. Soit entre 2 et 2,8 euros pour 10 minutes de scooter ou 6 et 8,4 euros pour une demi-heure.

A noter que le service – qui est en pleine phase de croissance – est fermé tous les week-ends depuis quelques semaines, à la suite de petits problèmes de logistique.

Coup

Coup, c'est 1.700 scooters électrique déployés à Paris, qui peuvent aller jusqu'à 50 km/h, avec 60 km d'autonomie, et accessibles 24h/24, alors que deux modèles différents sont désormais disponibles (notamment un modèle plus gros qui possède un plus grand coffre).

La tarification est quant à elle toujours la même : 4 euros à chaque utilisation, que vous utilisiez le service 1 minute ou 30 minutes. Puis 1 euro toutes les 10 minutes. Deux forfaits à la journée (25 euros de 7 à 19 heures) et pour la nuit (15 euros de 19 à 7 heures du matin) se déclenchent automatiquement en cas de besoin. 

PS: En cas de difficultés à enregistrer les papiers officiels directement sur l'appli, il est possible d'aller dans les bureaux de Coup, dans le 10e, où ils seront ravis de s'en occuper. Plus rapide et moins prise de tête.

LA petite dernière : la trottinette 

Lime

Lime, c'est la première trottinette électrique disponible à Paris. «Les premiers résultats sont très encourageants, face à ce qu'on peut appeler un véritable intérêt pour la trottinette», explique Arthur-Louis Jacquier, PDG de Lime France. Ce dernier note une dizaine de milliers d'utilisation en trois semaines, «avec un pic en début et en fin de journée». Côté prix, il faut compter 1 euro pour débloquer l'engin, puis 15 centimes la minute. Soit 2,5 euros pour 10 minutes de course.

Txfy

Il faut prononcer [té - ix - faille] pour ce service de trottinettes électriques encore en gestation. Seul le prototype a pour l'instant été présenté au public, alors qu'aucune date de lancement n'a été communiquée. «Nous sommes en phase de réflexion avec la mairie de Paris, nous n'avons pas pour l'instant de calendrier», communique-t-on du côté de l'équipe développement.

À suivre aussi

Transports Paris : le métro fête les Gaulois ce mercredi pour les 60 ans d'Astérix
Transports SNCF : des voyageurs bloqués en gare de Marseille et Toulon en raison d'une fuite de gaz
Vacances SNCF : les billets pour Noël sont en vente

Ailleurs sur le web

Derniers articles