Des personnalités demandent la libération d'Oleg Sentsov

Le réalisateur de 42 ans, opposé à l'annexion de la Crimée par la Russie, serait aujourd'hui «entre la vie et la mort». [Oleg Sentsov / SERGEI VENYAVSKY / AFP].

Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, ce lundi 13 août, un collectif de personnalités appelle à la libération immédiate du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov.

Détenu depuis août 2015 dans une colonie pénitentiaire du nord de la Sibérie (Russie), pour «terrorisme», le réalisateur de 42 ans, opposé à l'annexion de la Crimée par la Russie, se trouverait en effet aujourd'hui «entre la vie et la mort», après avoir entamé une grève de la faim en mai dernier.

Souhaitant qu'il retrouve la liberté au plus vite, plusieurs personnalités de premier plan, parmi lesquelles la ministre de la Culture, Françoise Nyssen et les réalisateurs Jean-Luc Godard et Ken Loach, ont donc pris la plume pour alerter, une fois de plus, l'opinion publique sur son sort.  

«Oleg Sentsov est détenu en Russie depuis plus de quatre ans. Sa condamnation à vingt ans de réclusion par un tribunal militaire russe, au terme d'un procès qui n'a manifestement pas respecté les droits de la défense, est une violation du droit international et des normes fondamentales de la justice», écrivent-ils.

Et de poursuivre : «Ne pas agir, ce serait laisser Oleg Sentsov mourir. Ce serait renoncer à nos valeurs et à nos principes, renoncer à ce que nous défendons et à ce que nous sommes. Ce serait tolérer qu'on peut être tué pour ses idées, ses opinions, ses prises de position».

«Au nom de la liberté artistique et de la liberté d'expression, nous appelons à nouveau à la libération immédiate d'Oleg Sentsov», conclut le collectif.

Le Kremlin inflexible 

Le 10 août dernier, lors d'un entretien téléphonique, le président Emmanuel Macron a lui aussi plaidé de nouveau la cause du cinéaste auprès de Vladimir Poutine.

Selon Paris, le président russe se serait alors «engagé à donner rapidement des éléments sur l’état de santé» du détenu.

Quelques heures plus tard, les autorités pénitentiaires russes avaient en effet annoncé que des membres de la Commission de surveillance publique des prisons avaient rendu visite au prisonnier, mais, selon elle, ce dernier ne se serait «plaint de rien au cours de la conversation».

Une version en parfaite contradiction avec celle de la famille d'Oleg Sentsov, qui, elle, avait au contraire affirmé que le cinéaste aurait perdu 30 kilos et qu'il souffre de problèmes cardiaques.

Ces dernières semaines, les appels pour sa libération se sont multipliés partout sur la planète mais se sont tous, à chaque fois, confrontés à une fin de non recevoir de la part du Kremlin.

De son côté, jusqu'ici, Oleg Sentsov s'est toujours refusé à demander une grâce à Vladimir Poutine. «Il est prêt à mourir», a d'ailleurs, pour sa part, indiqué Dmitri Dinze, son avocat.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles