Procès aux prud'hommes hors norme de 800 anciens salariés de Goodyear

D'anciens employés de l'usine GoodYear d'Amiens-Nord brandissent les drapeaux de la CGT dans l'attente du début des audiences devant le conseil des Prud'hommes d'Amiens, dans le nord de la France, le 4 octobre 2018. [FRANCOIS LO PRESTI / AFP]

Un procès aux prud'hommes dans un Zénith : quatre ans après la fermeture tumultueuse de l'usine Goodyear à Amiens-Nord, plus de 800 plaignants réclament jeudi une indemnisation contre la direction de l'entreprise de pneumatiques, estimant que leur licenciement était dépourvu de cause économique sérieuse.

La séquestration du directeur des ressources humaines et du directeur de la production pendant une trentaine d'heures dans l'usine par des salariés en colère fera la une des médias. 

Après le procès en première instance et en appel, où sept anciens salariés ont été condamnés à des peines de prison avec sursis de 12 mois maximum, c'est désormais un nouveau round judiciaire qui attend les anciens Goodyear. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles