Lille : un homme victime d'une agression homophobe accuse la police de ne pas être intervenue, le préfet dément

[AFP/archives]

Une énième agression homophobe est à déplorer. Mercredi 26 décembre, un homme originaire de Montpellier a été pris à partie à la sortie du métro de Lille, près de la station République.  La victime accuse également la police d'avoir refusé de prendre sa plainte.

Une accusation rejetée, dimanche, par le préfet Michel Lalande : «conformément à la procédure en vigueur, les agents leur ont demandé de faire, dans un premier temps, constater les blessures par un médecin et dénombrer les jours d’ITT. »

Safir (prénom d'emprunt) a raconté à La Voix du Nord qu'il venait de retrouver son compagnon au moment des faits et qu'il s'apprêtait à l'emmener manger dans une brasserie à proximité. «Je le tenais par le bras. A peine sortis du métro, on a été insultés par trois mecs. J’ai répondu en les insultant aussi. Ils sont venus au contact, ont essayé de me frapper. Mais comme j’ai fait des sports de combat, j’ai répliqué», a-t-il expliqué au média local.

Des policiers auraient été témoins de la scène, rapportée en premier lieu par le site «inverti». Mais les agents ne seraient pas intervenus et auraient simplement proposé au couple de déposer une plainte au commissariat central. 

Les policiers auraient refusé de prendre leur plainte

Mais d'après Safir, lorsque lui et son compagnon ont tenté de s'y rendre, les policiers ne les ont pas laissés accéder au poste de police, faute de certificat médical. Pire, à l'interphone, il leur aurait été rétorqué qu'ils n'avaient pas à se tenir le bas car il s'agissait d'une geste provocant. 

Sur Twitter, la maire de Lille Martine Aubry s'est dite «consternée par cette affaire».

Europe Ecologie Les Verts (EELV) a également apporté son soutien aux victimes dans un communiqué. «EELV (...) demande des mesures contre les agressions homophobes et transphobes à Lille», a aussi affirmé le parti qui dénonce le comportement de la police dans cette affaire. 

De nombreuses agressions homophobes ces derniers mois 

La municipalité de Paris, théâtre de nombreuses agressions homophobes et transphobes ces derniers mois, a présenté le 21 novembre un grand plan de lutte contre les agressions perpétrées contre la communauté LGBT comprenant une formation accrue des agents de la ville ainsi que des interventions de prévention en milieu scolaire notamment. 

Les personnes homosexuelles cibles d'agressions n'hésitent plus à raconter les violences qu'elles ont subies et même à les montrer par des photos sur les réseaux sociaux, comme le président d'Urgence Homophobie, Guillaume Mélanie, en octobre dernier.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles