Cagnotte pour Dettinger : que va faire Leetchi des 117.000 euros récoltés ?

La cagnotte en soutien à Christophe Dettinger, ex-boxeur accusé d'avoir frappé des gendarmes, a été clôturée. La cagnotte en soutien à Christophe Dettinger, ex-boxeur accusé d'avoir frappé des gendarmes, a été clôturée. [Capture d'écran cagnotte Leetchi]

Avant d’être clôturée par Leetchi ce 8 janvier, la cagnotte ouverte en soutien au boxeur Christophe Dettinger, accusé d’avoir agressé, samedi, des policiers en marge de la manifestation des «Gilets jaunes», atteignait près de 117.000 euros. Où cet argent va-t-il aller ?

La plateforme Leetchi a apporté des précisions dans un communiqué.

«Leetchi s'engage à ce que les fonds collectés sur la cagnotte de soutien à Christophe Dettinger servent uniquement à financer les frais de justice conformément à nos CGU (conditions générales d'utilisation, NDLR) et à la législation en vigueur. En effet, nos CGU proscrivent toute incitation à la haine ou à la violence. Compte tenu des actes reprochés à Christophe Dettinger, aucune autre utilisation de la cagnotte ne saurait être acceptée», est-il indiqué.

«Le transfert des fonds ne sera ainsi effectué que sur présentation de  justificatifs (Devis et Notes d’honoraires de l’Avocat). L’argent sera reversé directement  sur le compte dédié de l’avocat et ce sans aucun intermédiaire», détaille la plateforme.

Un retour aux donateurs ?

«Au vu du montant atteint à ce jour, la cagnotte n’accepte désormais plus de contributions. Le reste de l’argent collecté sera remboursé aux participants lorsque l’ensemble des démarches juridiques auront été financées», ajoute Leetchi.

Mais le Crédit Mutuel, dont dépend Leetchi, a fait savoir dans la presse qu’il a fait ouvrir une enquête sur la légalité de cet appel aux dons.

La banque a expliqué que pour le moment, les fonds sont «gelés» avant le résultat de l'enquête. «La réaction de Leetchi de dire que la cagnotte est légale est une réponse d'avocat, c'est hors-propos et ça ne suffit pas», a indiqué le Crédit Mutuel au Parisien.

La banque a ajouté qu’il y a «de fortes chances» pour que la totalité des dons reviennent finalement à leurs donateurs.

Des donateur que la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa a dit souhaiter qu'ils soient identifiés, car il s'agit, selon elle, d'une «forme de complicité».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles