Péages, alimentation, prime d’activité… tout ce qui change au 1er février

Les prix de 4% des produits alimentaires de grande consommation vont augmenter.[DENIS CHARLET / AFP]

Ce 1er février réserve de nouveaux changements, négatifs et positifs, pour le portefeuille des Français. Péages, prix de l’alimentation et du gaz… Tout ce qu’il faut savoir.

Augmentation des prix dans l’alimentaire

En raison de l’application de la Loi alimentation, qui prévoit le relèvement à 10% du seuil de revente à perte, les prix de 4% des produits alimentaires de grande consommation vont augmenter. Une hausse qui concerne aussi bien le Nutella que les yaourts Danone ou encore le lait infantile Guigoz.

Au total, ce sont ainsi 500 produits sur 13.000 qui augmenteront dans les supermarchés et 800 produits sur 20.000 dans les hypermarchés.

Hausse des tarifs des péages

Circuler sur autoroute sera désormais plus cher. Les prix des péages vont en effet augmenter de 1,8% à 1,9%. Ce, sur les réseaux des trois sociétés concessionnaires (Vinci, Sanef, APRR).

Alors que cette hausse est l’une des revendications des gilets jaunes, la ministre des Transports a tenté d’apporter une solution en négociant avec les sociétés autoroutières. Un geste a ainsi été obtenu pour les usagers réguliers de ces réseaux : les automobilistes effectuant plus de dix allers-retours par mois pourront ainsi bénéficier de réductions de 30% via un système d’abonnements.

Revalorisation de la prime d’activité

Annoncée par Emmanuel Macron pour tenter de sortir de la crise des gilets jaunes, la revalorisation exceptionnelle de 90 euros de la prime d’activité entre en vigueur. Elle sera versée par la CAF à partir du 5 février.

Outre cette revalorisation, la prime d’activité est également étendue. Elle concernera désormais 5 millions de foyers, contre 3,8 millions auparavant.

Baisse des tarifs réglementés du gaz

Comme régulièrement, les tarifs réglementés du gaz vont baisser. Après une réduction de 1,9% en janvier, elle sera de l’ordre de 0,73% cette fois. Ces baisses se poursuivront chaque mois jusqu’en juin.

Au total, ce sont près de 4,5 millions de foyers, fournis en gaz par Engie, qui sont concernés.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles