Tout ce qu'il faut savoir du marathon des JO 2024 ouvert aux amateurs

Plusieurs épreuves de courses à pied seront ouvertes au public lors des JO 2024. Plusieurs épreuves de courses à pied seront ouvertes au public lors des JO 2024.[© Eric FEFERBERG / AFP]

Les amateurs pourront courir le marathon organisé dans le cadre des JO 2024, qui se dérouleront du 26 juillet au 11 août. Mais si cette annonce a déjà réjoui les runners parisiens, les modalités d'inscription et de participation seront clairement définies courant 2019.

Paris 2024 «va donner la possibilité à chacun de participer à une épreuve grand public comme le marathon, sur le même parcours et dans les mêmes conditions que les athlètes olympiques», a en effet récemment fait savoir l'organisation des JO dans la capitale. 

Lors de cette annonce, Tony Estanguet, ancien athlète et président du Comité d'organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (Cojo), avait même précisé que l'épreuve pourrait se dérouler le «même jour», mais «pas en même temps» que l'épreuve des sportifs. Mais des questions restent en suspens.

A qui sera ouverte l'épreuve ?

Sur le principe, l'idée est d'ouvrir cette épreuve de course à pied «amateur» à tous, y compris aux enfants et aux personnes en situation de handicap par exemple. Pour cela, il est question d'adapter la distance, afin qu'elle soit accessible à un maximum de personnes.

Paris 2024 envisage ainsi d'organiser – non pas une mais – plusieurs compétitions, comme un 10 km, un semi-marathon ou encore plusieurs relais. En parallèle du marathon de 42,195 km. De sorte que chacun puisse y trouver son compte.

«Nous souhaitons mettre en place des JO innovants, avec la possibilité pour tout un chacun d'en devenir acteur. Un modèle inclusif pour que tout le monde puisse participer», a ainsi expliqué Aurélie Merle, la directrice associée aux sports de Paris 2024. 

S'AGIRA-T-IL D'UNE ÉPREUVE «BIS» ?

«Il ne s'agira pas du tout d'une épreuve bis, dans le sens ouverte à ceux qui n'ont pas réussi à se qualifier», a assuré la directrice. Pour autant, le ou les épreuves ouverte(s) à tous sera bien différenciée de celle réservée aux athlètes olympiques.

Et ce, pour la simple et bonne raison que le format olympique est une course parfaitement encadrée par un protocole très strict. Les courses pourront néanmoins avoir lieu le même jour, le marathon olympique le matin et les épreuves ouvertes à tous l'après-midi.

«Nous ne sommes pas dans une logique de course ou encore de performance, mais dans celle d'une fête populaire. Un beau moment de sport qui soit le plus inclusif possible», a souligné Aurélie Merle.

A QUELLE DATE AURA LIEU L'ÉPREUVE ?

A ce jour, aucune date – et encore moins d'horaire – n'a été fixée. Il faudra d'abord attendre de connaître les dates et heures exactes de départ des marathons olympiques hommes et femmes. La directrice associée aux sports assure qu'il faut encore «attendre avant d'entrer dans les modalités techniques».

Comment faire pour s'inscrire ?

S'il est un peu trop tôt pour «définir le concept», selon les organisateurs de Paris 2024, il est déjà certain que des critères précis seront édictés pour ouvrir les courses à qui de droit. Pour eux, il s'agit d'abord de «planter l'ambition du Cojo».

Les modalités seront connues dans un deuxième temps, courant 2019, mais il y aura bien des «critères d'éligibilité». «Ce ne sera pas jute une inscription classique», a fait savoir Aurélie Merle, qui rappelle que ce projet a été imaginé pour inclure et engager un maximum de monde «dans une dynamique» qui doit durer jusqu'en 2024.

L'INSCRIPTION SERA-T-ELLE PAYANTE ?

Peut-être. En tout cas, l'option de rendre les courses payantes n'est pas fexclue par les organisateurs de Paris 2024. Par contre, pas question d'en faire un événement aussi cher que le marathon de Paris, car ils portent l'ambition de rendre cet événement «le plus accessible possible».

Combien de participants seront attendus ?

Il n'y aura pas de place pour tout le monde. Pour la directrice, il faut déjà «prendre en considération l'impact opérationnel» de l'événement, «avant de finaliser un chiffre». Il est donc trop tôt pour s'avancer sur cette question, même si le Cojo a bien conscience de l'intérêt que tout le monde porte à ce projet. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles