La lutte antidopage renforcée à l'approche des JO 2024

Mis à jour le Publié le

Chaque matin, des prélèvements, le plus souvent d’urine, arrivent par lot de deux au laboratoire de l’agence française de lutte contre le dopage. L’analyse porte sur un seul lot, l’autre est conservé à moins de 20 degrés.

En cas de résultat positif, le sportif a plusieurs choix. Ces contrôles suivent des règles très encadrées par l’agence mondiale antidopage.

Trop petit pour traiter les 8.000 échantillons qui seront prélevés lors des Jeux Olympiques de Paris 2024, le laboratoire déménagera sur le campus d’Orsay. Un espace plus grand pour analyser les échantillons, et développer les recherches sur les nouvelles substances. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles