Anne Hidalgo met la pression à l'Etat au sujet des migrants

Entre 750 et 1.500 personnes vivraient dans des campements dans le nord de la capitale.[© s. robichon/mairie de paris]

Un nouveau signal d’alerte. Anne Hidalgo doit se rendre ce mercredi 3 avril 2019 dans les campements de migrants du nord-est de la capitale, comme elle l’a fait le jeudi précédent.

Et pour cause, la maire de Paris a décidé de s’y déplacer toutes les semaines, selon Emmanuel Grégoire, son premier adjoint, afin de «mettre une pression bienveillante sur l’Etat». L’élue socialiste entend ainsi rappeler que la ville n’a pas les moyens et les compétences pour faire face à la reconstitution des forêts de tentes aux portes de la Chapelle et d’Aubervilliers.

Selon le dernier comptage de France Terre d’Asile, vendredi, entre 750 et 1.500 migrants vivent actuellement dans des camps du nord-est parisien. Or, la situation pourrait s’aggraver dans les prochaines semaines en raison de la fin de la trêve hivernale.

En prévision, la préfecture francilienne (qui représente l'Etat dans la région) a déjà annoncé hier sa volonté de pérenniser 2 200 places ­d’hébergement d’urgence, sur les 6 000 ouvertes cet hiver dans la région.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles