IDF : moins d'un tiers des Franciliens utilisent leur voiture pour se rendre au travail

Seuls 32 % des Franciliens prennent leur voiture pour aller travailler, selon une étude. Seuls 32 % des Franciliens prennent leur voiture pour aller travailler, selon une étude.[© Philippe LOPEZ / AFP]

Les moeurs sont-elles en train de changer ? Les Franciliens seraient désormais moins d'un tiers à utiliser leur voiture pour se rendre au travail, selon une étude réalisée par HelloWork et publiée ce mardi 9 avril.

Seuls 32 % d'entre eux prennent leur voiture pour aller travailler, contre 82 % dans les villes de moins de 20.000 habitants. A l'inverse, plus de la moitié des Franciliens (51 %) utilisent les transports en commun, en premier lieu.

Autre pratique en hausse, mais qui ne fait pas encore l'unanimité : le vélo. Les Franciliens ne sont d'ailleurs que 6 % à l'utiliser pour se rendre au travail, contre 20 % dans les villes de plus de 100.000 habitants. A savoir qu'un tiers d'entre eux utilisent un vélo électrique.

Nouvelle tendance, la trottinette électrique – qu'elle soit personnelle ou louée – semble également être plébiscitée par les habitants de la région, qui sont 2 % à se déplacer avec en direction du bureau, même si son utilisation reste évidemment à la marge.

Malgré ces évolutions, les habitants de la région ne se montrent pas complètement satisfaits de leurs moyens de transports, notamment en ce qui concerne leur temps de trajet, qu'ils sont 42 % à estimer encore trop long. 

capture_decran_2019-04-09_a_10.51.11.png

En effet, 71% des Franciliens mettent plus de 30 minutes pour aller au travail – soit plus d'une heure par jours consacrée à cette migration pendulaire – contre moins de la moitié (49 %) à l'échelle nationale. 

Par ailleurs, le projet du Grand Paris Express pourrait bien changer la donne, puisque 28 % des actifs franciliens songent à déménager et 43 % à changer de travail «du fait des possibilités offertes par le GPE».

capture_decran_2019-04-09_a_10.50.45.png

Même tendance chez les demandeurs d’emploi de la région qui sont 43 % à élargir ou changer la zone géographique dans laquelle ils recherchent un poste.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles