Prise d'otages à Blagnac : ce que l'on sait du suspect

Hier, mardi 7 mai, un jeune homme qui se revendique du mouvement des gilets jaunes a retenu quatre femmes en otage pendant plusieurs heures, dans un bar-PMU de Blagnac (près de Toulouse). Il a été interpellé après avoir libéré ses otages.

Le preneur d'otage a garé sa moto devant le bar-PMU à 16h15, avant de pénétrer dans l'établissement, casqué, armé, et équipé d'une caméra GoPro. Là, il a fait sortir plusieurs clients «gentiment», d'après les informations de France Bleu Haute-Garonne qui cite un témoin, et a retenu quatre femmes : la patronne de l'établissement, la fille de cette dernière, et deux employées. 

Il a lui-même contacté les policiers pour les informer de sa prise d'otage. Lorsque ces derniers sont arrivés sur place vers 17h30, le jeune homme a fait feu à deux reprises dans leur direction, avant de baisser le rideau du bar. Une première otage a été libérée vers 20h, une heure avant les trois autres. Toutes sont saines et sauves.

Un casier judiciaire déjà fourni

Selon une source policière, qui s'est confiée à Actu Toulouse, le jeune preneur d'otage est un Blagnacais, originaire du quartier Bélisaire. Il s'appelle Yanis D., et fêtera ses 18 ans le mois prochain. «Il est défavorablement connu des services de police» pour des faits de droit commun, des violences sur les forces de l'ordre et des vols a indiqué cette même source.

Il avait également été interpellé le 15 février dernier dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, ce qui lui avait valu d'être poursuivi. Le jeune homme avait alors affirmé être «le bras armé des gilets jaunes», a déclaré une source proche de l'enquête à RTL.be

«Il a commencé très jeune à déraper», a expliqué au micro de CNEWS Joseph Carles, maire PRG de Blagnac. «Des fugues, des absences scolaires, des petites opérations de vol... Mais jamais personne n'aurait pensé qu'il était en capacité d'aller sur l'acte sur lequel il est allé», a-t-il conclu. 

Une autre source policière du Figaro affirme que, lors d'une perquisition à son domicile, les enquêteurs ont mis la main sur «un courrier où il semble assez dépressif, ou en tout cas préoccupé par son état de santé». Le jeune homme y assure être «désolé d'avoir fait ça», mais explique avoir agi sciemment de façon «spectaculaire» parce qu'il était prêt à «tout pour que les gilets jaunes gagnent leur bataille». 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles