Le taux de chômage à son plus bas niveau depuis 2009

Du jamais vu depuis dix ans. Le taux de chômage a diminué de 0,1 point par rapport au quatrième trimestre 2018, tombant à 8,7% de la population active en France entière (hors Mayotte), selon des chiffres provisoires de l'Insee publiés ce jeudi.

Sur la seule France métropolitaine, ce taux, mesuré par l'Institut national de la statistique selon les normes du Bureau international du travail (BIT), s'établit à 8,4% hommes et femmes confondus, ce qui représente 2,4 millions de chômeurs (et 19.000 de moins sur le premier trimestre 2019).

«C'est le meilleur résultat qu'on ait depuis dix ans. C'est une baisse continue depuis deux ans, du chômage en général, du chômage des jeunes», a salué le Premier ministre, Edouard Philippe, au micro de France Info. Et d'ajouter : «Je m'en réjouis. C'est bon signe et ça veut dire qu'il faut continuer avec cohérence, constance et détermination.»

Cette baisse reste toutefois moins forte que celle du trimestre précédent, qui avait enregistré un recul de 0,3 point, soit 90.000 chômeurs.

Les jeunes de plus en plus touchés

Dans le détail, les statistiques varient particulièrement en fonction de l'âge. Si le taux de chômage diminue pour les 25-49 ans (-0,7 point sur un an), il s'accroît chez les plus jeunes. L'inactivité chez les seniors a, elle aussi, tendance à augmenter (+0,2 point en un an). Globalement, la part des 15-64 ans occupant un emploi reste stable, culminant à 66,1%, «son plus haut niveau depuis 1980», précise l'Insee.

Par ailleurs, 963.000 de ces demandeurs d'emploi déclarent rechercher un poste depuis au moins un an, portant le chômage de longue durée à 3,3% de la population active (- 0,3 point sur un an). Quant à la part du sous-emploi, c'est-à-dire des personnes qui souhaitent travailler davantage (comme des salariés à temps partiel), elle est également en baisse, s'établissant à 5,3% des personnes en emploi.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles