Résidus de pesticides : quels sont les fruits et les légumes les plus touchés ?

71,9% des échantillons de fruits étudiés contenaient des pesticides et 43,3% pour les légumes.[CC / Monlaw / Pixabay]

Après une première édition en 2018, l’ONG Générations Futures dévoile ce jeudi 6 juin un nouveau rapport édifiant sur les résidus de pesticides dans les fruits et légumes.

Selon leurs résultats - obtenus à partir des données de surveillance de la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) entre 2012 et 2017 et portant 13.000 analyses - 71,9% des échantillons de fruits étudiés contenaient des résidus de pesticides et 43,3% pour les légumes. Pour les fruits, 2,9% dépassaient les limites maximales en résidus (LMR) fixées par l’Union européennes. Pour les légumes, 3,4% des échantillons dépassaient le seuil légal.

Les 10 fruits les plus touchés

Pour les fruits, les cerises dominent tristement le classement, avec 89% des échantillons présentant des résidus de pesticides. Suivent les clémentines/mandarines (88,1%), le raisin (87,3%), le pamplemousse/pomelos (86,3%), puis les pêches/nectarines (83%), les fraises (82,9%), les oranges (81,2%), les abricots (80,4%), les pommes (80,3%) et les citrons (76,8%).

Pour les fruits dépassant les limites autorisées, l’ananas arrive en tête (9,6% des échantillons) suivi des cerises (5,2%), des kiwis (4,2%), des pamplemousses/pomelos (4,2%) puis les clémentines/mandarines (3,9%).

Générations Futures relève que «pour les fruits, tous ont été concernés par des dépassements de LMR».

Les 10 légumes les plus touchés

Du côté des légumes, la palme revient au céleri-branche (84,9% des échantillons). Suivent le céleri-rave (82,5%), les herbes fraîches (69,3%), les endives (67,2%), les laitues (66,5%), les piments/poivrons (60,5%), la pomme de terre (59,1%), le melon (54,8%), les haricots non écossés (54%) puis les pois non-écossés (52,7%).

Pour les légumes dépassant les limites autorisées, les herbes fraîches dominent le classement à hauteur de 21,5%, suivies du céleri-branche (15,7%), du céleri-rave (10,8%), des navets (8,8%) puis des haricots non-écossés (5,6%).

Contrairement aux fruits, certaines variétés de légumes sortent la tête haute du rapport de l’ONG puisqu’elle ne contiennent aucune trace de résidus de pesticides : l’aïl, le maïs, la pastèque et les potirons.

L’objectif de Générations Futures n’est pas d’inciter les Français à ne plus consommer de fruits ou et légumes mais de les informer et «permettre à tou.te.s de prendre conscience de la nécessité de changer les pratiques agricoles en sortant de notre dépendance à ces polluants dont certains présentent un danger pour notre santé et notre environnement», souligne ainsi dans le rapport François Veillerette, directeur de l’ONG

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles