Comment reconnaître les fruits et légumes frais de qualité ?

Les signes d’excellence et d’origine garantissent la provenance des produits ainsi que leur qualité. [MIGUEL MEDINA / AFP]

Face à la diversité des produits, de leur origine et de leurs caractéristiques, les consommateurs sont parfois perdus. Il existe pourtant des repères pour s’assurer de la provenance des produits et de leur qualité : les signes d’excellence et d’origine. 

Ces signes, au nombre de quatre, sont régis par l’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité)

L’AOP (Appellation d’Origine Protégée) et l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée)

Signe européen qui protège le nom du produit dans toute l’Union européenne, l’AOP garantit que les principales étapes de production sont réalisées selon un savoir-faire reconnu dans une aire géographique qui attribue au produit toutes ses caractéristiques spécifiques. 

L’AOC désigne les produits répondant aux critères de l’AOP et protège la dénomination sur le territoire français. Ces «appellations d’origine» sont basées sur la notion de terroir, zone territoriale bien précise, où une production tire son originalité des spécificités de cette aire géographique. Un terroir résulte d’une alchimie entre un environnement géographique, biologique, et un ensemble de facteurs humains (savoir-faire collectif de production). Là se trouvent l’originalité et la typicité du produit. 

Quelques exemples de fruits et légumes certifiés AOP & AOC :

Chasselas de Moissac, châtaigne d’Ardèche, coco de Paimpol, lentilles vertes du Puy, muscat du Ventoux, noix de Grenoble, noix du Périgord, oignon de Roscoff, oignon doux des Cévennes, pomme du Limousin etc.

L’IGP (Indication Géographique Protégée) 

Ce signe valorise un produit agricole (brut ou transformé) dont la qualité et la réputation sont intimement liées à son origine géographique. Pour qu’un produit l’obtienne, une étape de production, de transformation ou d’élaboration doit impérativement se dérouler dans l’aire géographique délimitée. Là aussi, l’IGP est associée à un savoir-faire et consacre une production existante dont la forte réputation est associée à l’origine géographique et à son savoir-faire.

Quelques exemples de fruits et légumes certifiés IGP :

Artichaut du Roussillon, asperges des sables des Landes, clémentine de Corse, kiwi de l’Adour, lentilles vertes du Berry, mâche nantaise, melon de Guadeloupe, mirabelles de Lorraine, poireaux de Créances, pruneau d’Agen, pommes des Alpes de Haute Durance etc. 

Le Label Rouge

Signe national, le Label Rouge désigne des produits dont le niveau de qualité est supérieur aux autres produits similaires commercialisés (par leurs conditions de production, de fabrication, de présentation ou de service). Le contrôle du respect du cahier des charges et de la traçabilité des produits est assuré par un organisme certificateur indépendant. Le suivi du maintien dans le temps de la qualité gustative supérieure est assuré par la réalisation régulière d’analyses sensorielles et de tests organoleptiques qui comparent les produits Label Rouge avec les produits de consommation courante. 

Quelques exemples de fruits et légumes sous Label Rouge :

Abricots, ananas, betterave rouge, fraise, haricots, mâche, melon, pêches et nectarines, pomme, prune reine-claude etc.

L’Agriculture Biologique (AB)

Les fruits et légumes frais peuvent être qualifiés de «bio» s’ils ont été cultivés selon les règles de l’Agriculture biologique (AB).

Qu’entend-on par Agriculture biologique ? C’est un mode de production qui allie pratiques environnementales optimales, respect de la biodiversité et préservation des ressources naturelles. Le cahier des charges privilégie les procédés respectueux de l’écosystème, favorisant l’emploi des ressources naturelles (pas d’OGM et recours aux intrants limité) et renouvelables. La production doit également s’inscrire dans le cadre de systèmes agricoles organisés à l’échelle locale. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles