Des tags haineux et antisémites au domicile de Latifa Ibn Ziaten, mère d'une victime de Mohamed Merah

Latifa Ibn Ziaten va porter plainte. [LUDOVIC MARIN / POOL / AFP].

La maison de Latifa Ibn Ziaten, mère du premier militaire assassiné à Toulouse en 2012 par le terroriste Mohammed Merah, a été recouverte de tags antisémites et menaçants, a indiqué la victime sur Twitter, ce lundi 10 juin.

Les menaces sont claires, les paroles choquantes. Les phrases «Vive Merah», «Juif bientôt mort», ou encore «On va t'avoir», «C'est bientôt à toi sale juif» (sic) ont ainsi été écrites, dans la nuit, au domicile de la mère d'Imad Ibn Ziaten, situé à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime).

Une plainte déposée

«En me réveillant ce matin, c’est sous le choc que j’ai découvert ces tags sur les murs de ma maison. Une nouvelle fois, je suis prise pour cible. J’ai déposé plainte. J’espère que les coupables seront retrouvés et punis de leur acte haineux», a-t-elle indiqué en accompagnant son message de plusieurs photos de sa maison vandalisée.

Selon les premières informations disponibles, Latifa Ibn Ziaten devrait porter plainte pour «apologie du terrorisme», «violation de domicile» et «menace de mort». 

A la suite du décès de son fils, la mère d'Imad Ibn Ziaten a fondé l'association IMAD pour la jeunesse et la paix.

Ainsi très impliquée dans des actions de prévention de la radicalisation et les dérives idéologiques, Latifa Ibn Ziaten, a, dans l'après-midi, publié un deuxième message pour affirmer «qu'elle continuerai (son) combat [...] en mémoire de son fils».

Réaction d'Emmanuel Macron

Un peu plus tard, le président de la République a tenu à s'exprimer sur Twitter pour apporter son soutien à cette mère de famille. «Chère @LatifaIbnZ, vous venez de subir une nouvelle blessure. Les auteurs de ces actes odieux seront punis. Mais ils ont déjà perdu. Car ils ne peuvent rien face au combat d’amour d’une mère ayant déjà survécu au pire. Nous sommes des millions à vos côtés», a-t-il écrit.

Réaction de Christophe Castaner

Egalement sur le réseau social Twitter, le ministre de l'Intérieur a également réagi, se disant «indigné» par l'acte de vandalisme constaté au domicile de Latifa Ibn Ziaten.

Il ajoute s'être entretenu avec elle et que tout sera mis en ordre pour retrouver les auteurs.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles