Naufrage aux Sables-d'Olonne : qui sont les sauveteurs décédés ?

Les victimes venaient de familles «très connues aux Sables-d'Olonne». Les victimes venaient de familles «très connues aux Sables-d'Olonne». [Sebastien SALOM-GOMIS / AFP]

Trois sauveteurs de la SNSM sont décédés dans le chavirage de leur navire, vendredi 7 juin, aux Sables-d'Olonne (Vendée).

Les secouristes ont péri en venant en aide à un marin-pêcheur en difficulté à l'entrée du port.

Les victimes venaient de familles «très connues aux Sables-d'Olonne», rapporte Ouest-France

Yann Chagnolleau était le patron principal de la vedette de la SNSM. L'homme venait de prendre sa retraite de patron de pêche. «C'était un patron de bateau aguerri», souligne Pierre Sarrazin, ancien président de la SNSM des Sables-d'Olonne, dans le quotidien. 

Alain Guibert était l'un des seconds sur la vedette. Selon Ouest-France, c'était un marin professionnel, patron d'un fileyeur de 12 mètres. «Il a été armateur de plusieurs bateaux sur Les Sables, principalement au filet», explique un journaliste, spécialiste des questions de pêche. 

Dimitri Moulic était le plus jeune des disparus. Ce père de deux enfants était membre d'association de bateaux traditionnels. Il faisait partie de la SNSM depuis peu, en tant que mécanicien. 

Tony Guibert, 59 ans, est le marin toujours porté disparu. Le pêcheur professionnel était originaire de Saint-Georges-d'Oléron. C'était le patron du «Carrera», le chalutier en difficulté. Ce marin «avisé» pêchait entre les Sables et Oléron.    

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles