Fête de la musique à Nantes : un jeune homme de 24 ans toujours porté disparu, l'IGPN saisi

Dans la nuit de vendredi à samedi dernier, à Nantes (Loire-Atlantique), en pleine Fête de la musique, au moins 14 personnes sont tombées dans la Loire, après une intervention de la police. Ce mardi, un jeune de 24 ans, est toujours recherché. Une enquête a été ouverte.

Etant sans nouvelles de Steve, son fils, c'est la mère du jeune homme qui est venue elle-même faire une déclaration de disparition inquiétante dimanche vers 20h, a confirmé une source policière.

Suivant un message relayé sur les réseaux sociaux, Steve a été vu pour la dernière fois, le samedi 22 juin, aux environs de 4h30 du matin. «Il était à la Fête de la musique de Nantes et il n'est pas rentré chez lui après la soirée», peut-on notamment lire sur Twitter.

Une soirée trouble

Le jeune homme participait alors à une soirée électro organisée sur les quais non protégés de la Loire où sont installés de nombreux bars. Une soirée qui s'est prolongée dans la nuit et qui s'est mal terminée.

Samuel Raymond, coordinateur de l'association «Free Form», une structure nationale qui intervient auprès des jeunes rassemblements festifs locaux, est revenu sur son déroulé.

Il a expliqué que les organisateurs avaient pour obligation de couper la musique à 4h du matin, chose qu'ils auraient entrepris de faire une demi-heure plus tard.

«A 4h30, ils étaient train de couper, ils n'avaient pas encore coupé, la police est arrivée, cela a négocié, cela s'est énervé sur le fait de couper ou pas. Il y a eu des échanges de coups et on ne sait pas qui est à l'origine du départ de l'échauffourée», a-t-il déclaré.

Interrogé sur France Bleu Loire Océan ce lundi, Claude d'Harcourt, le préfet de Loire-Atlantique, a lui précisé que les policiers étaient intervenus une première fois à 4h du matin et que la musique avait été coupée. «Mais la musique a été rallumée», d'où l'intervention des forces de l'ordre, a-t-il précisé.

Selon les médias locaux, la police a ensuite essuyé des jets de projectiles et a répliqué avec des gaz lacrymogènes et chargé les participants, dont certains sont tombés dans la Loire.

«Effectivement, une partie du public, quatorze personnes pour l'instant, sont tombées à l'eau et nous sommes en train de vérifier que tout le monde a bien été récupéré par les pompiers», a déclaré le préfet à la radio.

«Les forces de l'ordre interviennent toujours de manière proportionnée. Mais face à des individus avinés, qui ont probablement pris de la drogue, il est difficile d'intervenir de façon rationnelle. Et les individus eux-mêmes étaient immaîtrisables», a-t-il expliqué.

Castaner saisit l'IGPN

Dans la foulée de la médiatisation de cette affaire, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a saisi l'inspection générale de la police nationale (IGPN).

«A la demande du ministre de l'Intérieur, l'IGPN a été saisie sur les opérations de maintien de l'ordre à Nantes à l'occasion de la Fête de la musique», a déclaré le ministère de l'Intérieur à l'Agence France-Presse.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles