Hyperloop : des tests du train à 1.200 km/h dès l'an prochain à Toulouse

Hyperloop Transportation Technologies (HTT) a présenté en octobre dernier à El Puerto de Santa Maria (Espagne) un exemplaire grandeur nature de capsule de son train à très grande vitesse. Hyperloop Transportation Technologies (HTT) a présenté en octobre dernier à El Puerto de Santa Maria (Espagne) un exemplaire grandeur nature de capsule de son train à très grande vitesse. [CRISTINA QUICLER / AFP ]

La société américaine Hyperloop Transportation Technologies (HTT) a annoncé mercredi 26 juin que des essais, avec des passagers, de son train à très grande vitesse - pouvant aller jusqu'à 1.200 km/h - devraient être réalisés dès l'an prochain. Ils auront lieu sur son centre de recherches à Toulouse (Haute-Garonne), où l'entreprise est présente depuis 2017.

Dans un communiqué, la firme affirme avoir présenté à des représentants du département des Transports américain (USDOT), mardi 25 juin, sa piste d’essai, installée sur l’ancienne base aérienne de Francazal. «Nous sommes plus près que jamais du moment où nous transporterons des personnes dans l’Hyperloop pour la première fois», a fièrement déclaré Bibop Gresta, président de HTT.

L'entreprise a prévu ensuite de faire construire son système final à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis. HTT a même annoncé en janvier dernier que son Hyperloop entrera dans une phase opérationnelle dans la capitale émiratie en 2020. Elle a prévu d'y exploiter un tronçon de 10 km sur la route de 150 km reliant Abou Dhabi à Dubaï, et ce avant l'ouverture de l'Exposition universelle de 2020 à Dubaï (octobre 2020-avril 2021).

Trois entreprises dans la course

Le principe de ce train ultrarapide est de faire circuler des capsules pressurisées, appelées aussi «pods», dans des tubes à basse pression afin de s'affranchir des frottements aérodynamiques et ainsi frôler le mur du son (environ 1.200 km/h).

Le programme de recherche Hyperloop a été lancé en 2013 par Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX. En dehors de HTT, une autre société américaine, Virgin Hyperloop One, est également avancée sur cette technologie du futur. Une troisième entreprise, la canadienne TransPod, s'est également lancée dans ce projet.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles