MMA : une légalisation prévue dès 2020

Le «Mixed Martial Arts» ou MMA rassemble plus de 30 000 adeptes en France[JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP]

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a lancé ce lundi un appel pour confier à une fédération sportive la structuration du MMA en France, un art martial encore décrié dans l'Hexagone.

A partir du 1er janvier 2020, le «Mixed Martial Arts» ou Arts martiaux mixtes en français, doit devenir une discipline sportive officielle et autorisée en compétition en France. C'est en tout cas le but affiché par la ministre Roxana Maracineanu. 

Sans créer une fédération unique à ce sport extrême, mélangeant différents sports de combat, la ministre a choisi de confier le développement du MMA à une entité existante et a ainsi lancé ce lundi un appel à manifestation d'intérêt. Les fédérations candidates devront remettre leur dossier à la rentrée.

Sans reconnaissance, ni fédération, les compétitions sont pour l'instant interdites et seuls les entraînements sont autorisés. Le MMA souffre en effet d'une mauvaise image, en raison de la violence de la discipline. Coups de poing, coups de genoux, coups de coude : presque tous les coups sont permis, y compris quand l'adversaire se trouve au sol. 

Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux sports de 2014 à 2017 avait même qualifié la pratique, à l'époque de son mandat, d'«atteinte à la dignité humaine». 

Une image violente, renforcée par la cage tout en grillage où se déroulent les combats. Mais face au risque «que des éducateurs interviennent sans diplômes» ou que la pratique soit enseignée par «des personnes pas très bien intentionnées», la ministre avait déploré en avril l'absence de cadre légal entourant la pratique. «Il y a sûrement un aménagement à faire pour ce ne soit plus une cage qui retienne les combattants sur le ring comme des animaux», avait-elle déclaré.

Roxana Maracineanu espère ainsi trouver un «mariage raisonnable entre toutes les disciplines» pour pouvoir sortir de l'ombre ce sport de combat, pratiqué par près de 40.000 adeptes dans l'Hexagone. Après avis du Comité olympique national et sportif français (CNOSF), et l'étude des candidatures par un jury indépendant, la fédération chargée d'encadrer le MMA devrait être annoncée fin décembre.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles