Tout savoir sur Antonio Duarte, qui veut être «le premier maire écologiste de Paris»

Antonio Duarte a pour projet de participer à la primaire de LREM pour les municipales à Paris. [© capture Twitter @Antonio_Duarte]

Un écologiste réformiste pour la capitale ? Après Benjamin Griveaux, Cédric Villani, Hugues Renson et Anne Lebreton, Antonio Duarte est le cinquième candidat à la primaire de LREM pour les municipales de Paris en 2020. Une figure méconnue qui entend bien rafler la mise sur la fibre verte.

Alors que les militants d'Europe-Ecologie Les Verts viennent de désigner leur poulain qui partira à la conquête de l'Hôtel de Ville, cet autre prétendant au titre a la particularité d'avoir une double casquette : en tant que membre de l'Union des démocrates et des écologistes (UDE, qu'il a cofondée en 2015 avec Jean-Luc Bennahmias et Jean-Vincent Placé) mais aussi de LREM, où il est encarté depuis trois ans. Il a d'ailleurs pour projet de participer à la primaire du parti présidentiel, sauf si la stratégie de celui-ci «penche trop vers la droite», auquel cas il «n'y souscrira pas».

Ce n'est pas la première fois qu'Antonio Duarte s'engage en politique. Né à la fin des années 1970, cet architecte-urbaniste, philosophe de formation et ancien adhérent à l'UDF, a d'abord été le porte-parole de la campagne présidentielle de François Bayrou (MoDem) en 2007, mais également président du comité de soutien à Dominique Strauss-Kahn pour les primaires de gauche de 2011, avant de finalement soutenir François Hollande. Sentant le vent tourner, il appuie Emmanuel Macron dès avril 2016, et œuvre depuis pour que l'UDE devienne le pôle écologique au sein de la majorité présidentielle. Il fait notamment partie de ceux qui ont appelé le chef de l'Etat à un tournant vert et social pour l'acte II du quinquennat.

Une forêt sur le périph' ?

Son principal projet : couvrir l'ensemble du boulevard périphérique et y aménager un gigantesque parc dessus, une «ceinture verte» qui comprendrait des zones de stationnement pour les véhicules, afin de favoriser l'usage des transports en commun et la location de véhicules électriques pour les courtes distances, ainsi qu'un éco-péage destiné à remplacer le «système absurde de la circulation alternée» [différenciée, ndlr]... Une ambition qu'il estime la plus à même de rassembler les écologistes pragmatiques, qu'on peut aussi bien retrouver chez EELV, au PS, chez LREM et au MoDem.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles