Un élève de 6e harcelé et violé au collège

À plusieurs reprises, le jeune garçon a été violé par d’autres élèves (illustration). À plusieurs reprises, le jeune garçon a été violé par d’autres élèves (illustration). [CHARLY TRIBALLEAU / AFP]

Après avoir été harcelé et violé au collège, un élève de sixième à Marly-la-Ville, dans le Val-d'Oise, a tenté de se suicider début juin.

«Ils font le jeu de l'olive. On prend quelqu'un et on cherche à lui mettre un doigt dans l'anus», a témoigné le garçon de 12 ans dans les colonnes du Parisien, qui a relayé son témoignage difficile. À plusieurs reprises, le jeune garçon a ainsi été violé par d’autres élèves, qui lui mettaient un doigt ou un stylo dans les fesses.

En juin, un des élèves va plus loin et plonge ses mains jointes dans le derrière de son camarade en le surprenant par derrière en cours de sport. «Ça a été très douloureux, car très profond. Je saigne encore beaucoup», a expliqué le garçon au quotidien. Le lendemain, le jeune homme, traumatisé, essaye de se suicider. Sa mère le retrouve juste à temps

Les autres élèves menaçaient également de «sodomiser» sa petite sœur, encore en CM2, ce qui terrorisait encore davantage le jeune Louis. «Du coup, j'ai très peur parce qu'elle rentre au collège l'année prochaine. Je ne voudrais pas qu'elle subisse ça à cause de moi», a-t-il témoigné.

Les parents de la victime ont déposé plainte pour harcèlement, cyber-harcèlement, agression sexuelle en réunion dans l'enceinte d'un établissement scolaire.

L'établissement avait été alerté dès le mois d'octobre

Le Parisien rapporte que sur les quatre élèves concernés, qui sont passés en conseil de discipline, trois ont été exclus. L'inspection académique a assuré que «le chef d'établissement prenait en charge les élèves victimes de harcèlement», chose que réfutent ses parents.

Le harcèlement avait commencé dès l'école primaire et s'est intensifié à l'entrée en sixième. Pour cause, en octobre, le jeune garçon s'était confié à ses parents, qui avaient alerté l'établissement mais malgré le signalement, le harcèlement avait continué. 

À suivre aussi

Des pompiers sur le site de l'incendie qui a ravagé un studio d'animation de Kyoto le 18 juillet 2019 [JIJI PRESS / JIJI PRESS/AFP]
Drame Japon : incendie présumé criminel d'un studio d'animation, le bilan monte à 33 morts
Drame Guyane : trois militaires français morts accidentellement et un grièvement blessé dans une opération anti-orpaillage
Drame Montpellier : l'homme qui a fauché une famille après Côte d'Ivoire-Algérie ne serait pas un supporter algérien

Ailleurs sur le web

Derniers articles