Trop de viande à la cantine : les assos réclament davantage de menus végétariens

[©REMY GABALDA / AFP]

A partir du 1er novembre, la loi Egalim (Etats généraux de l'alimentation) imposera à toutes les cantines scolaires de proposer au moins un repas végétarien par semaine. Un premier pas salué, mais jugé insuffisant par les associations.

Ainsi, la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d’Élèves), en collaboration avec l’ONG Greenpeace et l’association végétarienne de France (AVF), lancent ce mercredi l’opération «Moins de bidoche à la cantoche», dont l’objectif est de proposer tous les midis dans les selfs, des menus alternatifs sans viande ni poisson.

«Aujourd'hui, les enfants mangent entre deux et quatre fois trop de protéines animales dans les cantines par rapport aux recommandations de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (ANSES)», a rappelé Xavier Hermant, référent Agriculture du groupe local de Greenpeace à Lille. «C’est une aberration dangereuse pour la santé des enfants (surpoids, obésité)».

Mais aussi pour la planète martèlent les associations en s’appuyant sur un récent rapport du Giec, (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), qui encourage la lutte contre le gaspillage.

Selon Greenpeace, le changement du système alimentaire dans les cantines pourrait avoir un réel impact dans la lutte contre le réchauffement climatique, alors que quatre milliards de repas sont servis par an, rappelle le Parisien. A l’heure actuelle, l’agriculture, la sylviculture et les autres usages de la terre, comme l'élevage, représentent 23% du total des émissions.

Une mesure déjà appliquée dans certaines villes

Certaines villes ont déjà pris les devants à l’image notamment de Bondy, en Seine-Saint-Denis. Depuis lundi, toutes les écoles de la ville proposent aux écoliers le choix entre le menu du jour de la cantine, et un autre végétarien.

À Lille, non pas un, mais deux repas végétariens sont proposés par semaine dans les restaurants scolaire depuis juin 2018. Des déjeuners lors desquels sont proposés aux enfants des plats à base d'œufs, de produits laitiers ou d'origine végétale. D’ailleurs, l'organisation écologiste Greenpeace a décerné ce lundi sa première «écharpe cantine verte» à la maire de Lille, Martine Aubry, pour cette initiative.

Idem à Montpellier, où on a même introduit des plats «végétaliens», c’est-à-dire sans aucun produit animal (oeufs,  fromage, lait et même le miel). Selon la ville, cette initiative a pour objectif de «faire prendre conscience aux enfants de l’impact des modes de consommation alimentaires sur les ressources naturelles, le climat et la biodiversité».

À suivre aussi

Société Féminicide à Oberhoffen-sur-Moder : le suspect mis en examen, l'IGGN saisie
La campagne tu l'aimes ou tu la quittes
Société La campagne tu l'aimes ou tu la quittes
Un village du Pas-de-Calais bientôt raccordé à l'eau potable
Société Un village du Pas-de-Calais bientôt raccordé à l'eau potable

Ailleurs sur le web

Derniers articles