Municipales à Paris : psychodrame en vue chez LREM ?

La candidature dissidente de Cédric Villani se répercute sur la dynamique de Benjamin Griveaux. [© JOEL SAGET / AFP]

Comme on le craignait chez La République en Marche, les candidatures de Benjamin Griveaux et de Cédric Villani se télescopent dans la course à la mairie de Paris.

Benjamin Griveaux (17 % des intentions de vote) et Cédric Villani (15 %) se retrouvent en effet au coude-à-coude derrière Anne Hidalgo (24 %), d'après le premier sondage qui prend en compte la nouvelle situation, publié ce dimanche 16 septembre dans le JDD.

Un duel fratricide décrit comme un «suicide programmé» par le conseiller de Paris LREM Jérôme Dubus :

Et pour cause, cette enquête confirme les dégats que causent cette division au parti présidentiel. Lors du dernier sondage, en juin, la liste En Marche bénéficiait d'environ 25 % d'intentions de vote, qu'elle soit menée par l'ancien porte-parole du gouvernement ou par le mathématicien dissident. En face, la maire sortante pointait à 20 %.

Il n'est toutefois plus question d'un report mathématique strict : Griveaux prend des voix sur sa droite tandis que Villani rogne sur l'électorat écologiste et socialiste. On observe ainsi dans cette enquête que le premier est plus apprécié (40 %) par les sympathisants LREM que le second (28 %).

Cédric Villani, le facteur X

Très proche de celui de Benjamin Griveaux, le résultat de Cédric Villani peut être lu de deux façons : le candidat «sans étiquette» profite encore de son exposition médiatique liée à sa déclaration officielle et son score va baisser, ou au contraire sa popularité va monter au fur et à mesure qu'il se lancera vraiment en campagne. Il présentera d'ailleurs ce jeudi son équipe, sa méthode et son calendrier, avant d'inaugurer son QG, rue d'Arcole (4e).

Il faut dire qu'une éventuelle décision d'Emmanuel Macron de «débrancher» l'un des deux candidats se jouera sans doute suivant leur dynamique respective. En bref, celui qui paraîtra avoir le moins de chance de conquérir la mairie de Paris risque de recevoir un appel du leader En Marche pour l'inciter à rallier le plus fort.

Dans tous les cas, les partisans des deux camps veulent se rassurer. La député Olivia Gregoire, membre de la garde rapprochée de Benjamin Griveaux, critique «le combat des sondages hebdomadaires» :

Côté Cédric Villani, la député Anne-Christine Lang veut croire que son favori est sur une bonne lancée :

Pendant ce temps, dans l'équipe d'Anne Hidalgo, l'ambiance est au beau fixe. L’université d’été de Paris En Commun – le mouvement lancé par les soutiens de la maire pour mettre au point son programme – se tenait d'ailleurs ce dimanche. Avec des images aux antipodes de la fracture en cours chez les Marcheurs.

Toutefois, le type de scrutin bien particulier des élections municipales dans la capitale complique les projections sur l'issue du second tour. De plus, l'hypothèse de triangulaires, voire même de quadrangulaires, brouille encore un peu plus les cartes de cette campagne décidément pas comme les autres.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles