Geneviève, la très énigmatique mère de Xavier Dupont de Ligonnès

Au fil de l'enquête, les enquêteurs se sont penchés sur Geneviève, la mère très pieuse de Xavier Dupont de Ligonnès[JEFF PACHOUD / AFP]

Pour comprendre la personnalité complexe, insaisissable de Xavier Dupont de Ligonnès, il suffirait pour certains de remonter le temps ou simplement de pencher sur son arbre généalogique, en particulier sur sa mère, Geneviève, personnage clé de l'enquête autour du quintuple meurtre.

Principal suspect dans l'assassinat de son épouse Agnès et de ses quatre enfants Arthur, Thomas, Anne et Benoît, Xavier Dupont de Ligonnès est introuvable depuis le 15 avril 2011.

Au fil de l'enquête, les enquêteurs se sont penchés sur Geneviève, la mère très pieuse de Xavier Dupont de Ligonnès, dont l'éducation donnée à son fils aurait pu, selon eux, jouer un rôle déterminant. Dans les années 1960, Geneviève Thérèse Maître fonde un groupe à caractère sectaire baptisé «Philadelphie», autour duquel le mystère demeure. 

Une enfance traumatisée ? 

Sur un forum catholique, Xavier Dupont de Ligonnès évoquera une enfance durant laquelle il se levait «à 7 heures pour aller à la messe avant d'aller à l'école, faire des retraites dans des abbayes, connaître par coeur sa messe aussi bien en latin qu'en français». Il baignera dans cet univers mystique jusqu'à ses 35 ans. Puis, le déclic. Le père de famille remet en question tous les principes inculqués par sa mère et commence à s'interroger sur sa foi. 

Quelques jours avant la mort de son épouse et ses quatre enfants, Xavier Dupont de Ligonnès avait effacé des fichiers écrits sur Word, dans lesquels il s'épanchait sur sa «désillusion» d'avoir réalisé que sa mère avait créé «un monde inexistant, un monde virtuel». «Ma mère croit tellement à son monde imaginaire qu'elle ne m'a jamais menti. Elle ne m'a jamais fait croire en quelque chose qu'elle savait faux», écrivait-il dans des écrits consultés par Le Parisien. 

En 2011, l'un des membres de la Philadelphie, la secte à laquelle appartenait également les époux de Ligonnès, avait expliqué aux enquêteurs que les membres du groupe surnommait Geneviève «Violette». Selon ses dires, elle prétendait «recevoir des messages de l'au-delà». 

«Je crois fermement en l'innocence de mon fils»

En octobre 2011, quelques mois après l'assassinat de sa belle-fille et de ses quatre petits-enfants, Geneviève accorde une interview à RTL, dans laquelle elle clame l'innocence de son fils. «Pour commencer, j'aimerais dire que je crois fermement en l'inoncence de mon fils, je ne reviendrai pas là-dessus, j'ai la ferme conviction qu'il est innocent», explique-t-elle. Puis d'ajouter : «Il y a beaucoup de choses qui viennent me confirmer cette conviction, et la rendent inébranlable. Mon fils n'est pas responsable de cette chose horrible». 

La mère de Xavier Dupont de Ligonnès a également expliqué que la famille avait reçu «de graves menaces», qui avaient beaucoup inquiété sa belle-fille à l'époque. 

Interrogée sur sa foi, Geneviève Thérèse Maître s'était défendue d'appartenir à une secte. «Il n'y a pas l'ombre d'une secte ni d'un groupe de prière, personne ne vient chez moi se rassembler... Non, ça ne correspond pas du tout à mon profil», avant de confier supporter le traumatisme de la disparition de son fils grâce à sa «foi». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles