Pistes infructueuses, signalements, lettre anonyme... Les moments clés de l'affaire Xavier Dupont de Ligonnès

Huit ans et demi que Xavier Dupont de Ligonnès était introuvable. Depuis ce jour d’avril 2011 où le père de famille a été aperçu pour la dernière fois, à Roquebrune-sur-Argens (Var), sur la bande d’une caméra de surveillance d’un distributeur automatique de billets, de multiples pistes et des signalements ont tenu en haleine les enquêteurs et les médias. Mais, ces pistes, comme celle qui s'est ouverte ce vendredi 11 octobre après l'arrestation d'un homme à l'aéroport de Glasgow, se sont toutes avérées infructueuses.

Arrestation d'un homme à Glasgow en 2019 

Ultime rebondissement ? Un appel anonyme en provenance d’Ecosse avait provoqué l'interpellation d'un homme soupçonné d'être Xavier Dupont de Ligonnès. Mais ce qui semblait être le dénouement de cette mystérieuse affaire s'est avéré être une nouvelle fausse piste. 

Les empreintes digitales de l'homme interpellé vendredi avaient matché avec celles de Xavier Dupont de Ligonnès. C'était en tout cas ce que la police écossaise avait affirmé avant que les analyses ADN ne prouvent qu'il n'était finalement pas Xavier Dupont de Ligonnès. 

 

Les ossements de la forêt de Fréjus en 2013

En juin 2013, soit près de deux ans après la disparition du meurtrier présumé, des ossements avaient été retrouvés dans la forêt de Fréjus. Les autorités avaient alors fait le rapprochement entre cette découverte macabre effectuée non loin de Roquebrune-sur-Argens (Var) et Xavier Dupont de Ligonnès. La piste avait finalement été invalidée par le procureur de Draguignan après les analyses : l’ADN des restes n’était pas celui de Xavier Dupont de Ligonnès mais celui d’un homme ayant mis fin à ses jours.

 

«Je suis encore vivant» : la lettre anonyme de 2015

«Je suis encore vivant». Le message sans équivoque signé «Xavier Dupont de Ligonnès» avait été reçu pour une journaliste du bureau de l’AFP de Nantes en juillet 2015. Ces mots étaient inscrits au dos d’une photo représentant Arthur et Benoît, deux des enfants de l’homme disparu. «De la jusqu’à cette heure» était également écrit en petit. Une lettre dont l’auteur et l’expéditeur n’a jamais été retrouvé.

Le sosie du monastère de Roquebrune-sur-Argens en janvier 2018

En décembre 2017, plusieurs personnes pensant avoir vu Xavier Dupont de Ligonnès à la messe du monastère de Roquebrune-sur-Argens avaient prévenu la police. Une piste d’autant plus crédible que l’homme avait été aperçu pour la dernière fois dans cette commune du sud de la France en avril 2015. Tant et si bien qu'une perquisition avait été menée en janvier 2018 dans le lieu de culte pour arrêter le meurtrier présumé. Une fouille qui s’était finalement avérée infructueuse. Il s'agissait en réalité d'un des moines du monastère varois présentant une ressemblance avec le fugitif.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles