Pour Gad Elmaleh, «Twitter est devenu l'antichambre des palais de justice»

Gad Elmaleh a récemment été mis en cause par le mystérieux CopyComic, un youtubeur qui dénonce les plagiats dans le monde de l'humour.[Christophe Simon/AFP]

Invité sur RTL vendredi 11 octobre, l'humoriste a partagé son inquiétude face à la «tension» et la «division» dont il affirme être le témoin, notamment sur les réseaux sociaux.

«Il y a une forme d'efficacité dans la division, assure-t-il. C'est rentable. Il y a une rentabilité. Vous en êtes témoin et vous le maniez parfois avec, en fonction des médias, plus ou moins d'adhésion.»

Récemment malmené par certains internautes en raison d'accusations de plagiat, Gad Elmaleh poursuit sur RTL : «Des mots reviennent souvent dans les réseaux sociaux maintenant. C'est le mot «mort». C'est dur quand on parle de mort sociale par exemple. On veut mettre les gens au milieu de l'arène et les tuer. Twitter est devenu l'antichambre du palais de justice, les gens sont jugés, c'est plié avant. »

«La vraie concorde» est possible

Faisant référence à ses origines de «juif séfarade de Casablanca qu'on prend pour un arabe», l'humoriste tient à rappeler que «le vivre ensemble» n'appartient pas «qu'aux religions et aux sages».

S'il estime que «cette division (...) n'appartient pas à la France» mais «à l'humanité», Gad Elmaleh pense néanmoins que « la vraie concorde» est possible.

«Moi, je peux vous parler de ce que je connais. Je peux vous parler du Maroc comme d'une terre de paix, exemplaire. Seul pays arabe où les deux communautés [juive et musulmane] ont vécu un âge d'or. Je le sais, parce que mon grand-père travaillait avec les musulmans.»

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles