5 questions sur la chasse aux champignons

Un homme tenant un plein panier de cèpes (Boletus edulis) (photo d'illustration) [AFP PHOTO PHILIPPE HUGUEN]

L'automne s'amorce et avec lui, l'arrivée des champignons. C'est l'occasion d'organiser une sortie en forêt pour partir à leur recherche. Avant de se mettre en route, réponses à cinq questions-clés.

Où trouver les champignons ?

La plupart poussent dans des endroits chauds et humides, souvent en forêt. Ils se développent notamment le long des sentiers. Les zones ombragées et riches en mousse seront plus susceptibles d'abriter des cèpes.

On en trouve en particulier sous les pins, les hêtres et les chênes. La girolle se débusque souvent au pied des résineux et des feuillus, notamment au bord des points d'eau. Si on ne les repère pas au premier coup d'oeil, il ne faut pas hésiter à soulever un tas de feuille morte, qui révélera peut-être une bonne surprise. Dans les forêts de conifères (pin et sapin), on trouvera surtout le lactaire délicieux et le tricholome terreux. En dehors des forêts, on peut également trouver le rosé-des-prés, comme son nom l'indique, dans les prairies ou les pâturages.

Quand partir à leur recherche ?

L'automne est la saison la plus favorable pour la cueillette des champignons. La pluie est essentielle pour leur croissance, mais mieux vaut éviter de les récolter pendant ou juste après une averse. Pour éviter les accidents, il est préférable de ne pas prévoir d'expédition les jours où la chasse est autorisée.

Comment les cueillir ?

Il faut cueillir le champignon en entier, en le dégageant délicatement de sa base avec un couteau. En les arrachant, on risquerait d'endommager le sol et de compromettre une nouvelle fructification. La récolte doit être transportée dans un panier, et non dans un sac plastique, qui constitue un environnement idéal pour le développement de bactéries. Mieux vaut ramasser exclusivement les spécimens bien identifiés. En outre, il est préférable d'éviter les champignons trop vieux, spongieux ou déjà grignottés par des animaux ou des insectes.

Quelles sont les espèces les plus répandues en cette saison?

Les amanites sont courantes dès le mois d'août, et continuent de se développer en septembre et en octobre, certaines variétés poussant même jusqu'en décembre (notamment l'amanite panthère et l'amanite rougissante). Actuellement, on peut également trouver facilement des bolets et des cèpes, des pleurotes et des girolles. Il faudra en revanche attendre décembre pour espérer mettre la main sur des truffes, et janvier pour les morilles.

La cueillette est-elle toujours autorisée?

On a tendance à penser que la forêt appartient à tout le monde : c'est faux. En France, la plupart des forêts se trouvent en réalité sur des terrains privés. Les autres appartiennent à l'Etat où aux villes. La cueillette est autorisée dans les forêts nationales et communales, mais il se peut que la collectivité décide de l'encadrer (limitation des zones de cueillette, des quantités autorisées, etc...). Dans ce cas,  les règles à respecter seront indiquées à l'entrée de la forêt. Dans les forêts privées, les champignons appartiennent en principe aux propriétaires, même si aucun panneau n'indique que la cueillette est interdite. Il faut donc bien se renseigner et demander au propriétaire l'autorisation de cueillir des champignons sur son terrain.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles