Paris : l'ouverture de la salle de repos de la «colline du crack» encore retardée

Cette salle pourra accueillir seize personnes simultanément et disposera d'une infirmerie et d'un espace douche. Cette salle pourra accueillir seize personnes simultanément et disposera d'une infirmerie et d'un espace douche.[© JOEL SAGET / AFP]

L'ouverture de la salle de repos pour les consommateurs de crack, promise depuis longtemps par la municipalité parisienne et qui devait ouvrir ce mercredi 20 novembre près de la colline du crack, a été retardée, a-t-on appris ce mardi 19 novembre.

Déjà ouverte aux équipes de professionnels qui y travailleront, «cette salle de repos sera ouverte 7 jours sur 7, de 9h à 17h», avait expliqué l'adjointe en septembre, assurant que «les consommateurs de crack pourront aussi y recevoir des soins et prendre contact pour commencer un accompagnement médicosocial».

Une annonce attendue, alors que près d'une centaine de consommateurs de crack vivent dans des conditions déplorables à la désormais célèbre «colline du crack», coincée entre la porte de la Chapelle et l'échangeur vers l'A1.

Pour lutter contre ce dérivé de la cocaïne très présent dans le nord de la capitale, la municipalité parisienne avait d'ailleurs annoncé en mai un plan prévoyant la création d'espaces de repos pour les toxicomanes, ainsi que l'ouverture de 60 places de mises à l'abri à l'hôtel, la pérennisation de 80 places d'hébergement et un renforcement des maraudes.

Composé de six containers installés aux abords de «la colline», cette salle de repos pourra accueillir seize personnes simultanément et disposera notamment de deux espaces de repos, d'une infirmerie et d'un espace douche.

Cofinancée par la ville et l'Agence régionale de Santé (ARS), elle sera dotée d'un budget de fonctionnement d'un million d'euros et sera gérée par les associations Aurore et Gaïa, déjà gestionnaires de la salle de consommation à moindre risque, ouverte près de l'hôpital Lariboisière en 2016.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles