Le gouvernement lance une «révolution» pour l'accès à la formation

Lancée ce jeudi, l’application «MonCompte-Formation», qui remplace le compte personnel de formation (CPF) devrait bénéficier à plus de 30 millions de Français. L’objectif : faciliter la recherche et l’inscription dans une formation pour les salariés et les demandeurs d’emplois.

«L’applimation mobile MonCompte-Formation et le site internet qui l’accompane sont une vraie révolution !» promet Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, dans un entretien accordé au JDD. Tous les Français désirant se réorienter, ou acquérir de nouvelles compétences au sein de leur entreprise, pourront s’inscrire sur la plateforme. Même les retraités pourront bénéficier de ce nouveau service, mis au point par la Caisse des dépôts.  

SIMPLIFIER LES DÉMARCHES

Le site internet moncompteactivite.gouv.fr ne permet pour le moment que de se renseigner sur les formations disponibles. Si le CPF existe depuis 2015, seuls 2 millions de Français l'ont utilisé depuis. Le gouvernement espère donc, à travers la mise en place d'une plateforme sur smartphone, que plus de personne utiliseront ce service. L’application comprend un moteur de recherche qui permet à chaque Français de trouver la formation qui lui correspond. Il pourra également connaître le montant en euros de ses droits. Le compte est alimenté de 500 euros par année de travail, avec un plafond de 5000 euros maximum. 

«Vous pouvez cherche, trouver, s’inscrire, y aller, payer et évaluer» une formation, a expliqué Michel Yahiel, directeur des retraites et de la solidarité à la Caisse des dépôts, à Europe 1. Selon la ministre, «au moins 100.000 sessions de formation seront immédiatement disponibles sur l’application, pour plus de 40.000 formations» différentes. Elle précise que seules des établissements agréés et préparant à un diplôme ou à un titre professionnel seront référencés sur la plateforme. Chaque personne pourra également noter la formation qu'il a suivi, et l'application mettra ainsi en avant les meilleurs cursus selon les utilisateurs. 

OBJECTIF : RÉDUIRE LE CHÔMAGE

Véritable «TripAdvisor de la formation», selon la formule de la ministre, l’application devrait permettre de booster l’emploi en améliorant les compétences des salariés. Le chômage touche 18% des personnes non-qualifiées, contre 6,5% des personnes qualifiées. En rendant les offres de formations et démarches plus accessibles, le gouvernement espère encourager les salariés à continuer de se former durant toute leur vie professionnelle. «L'absence de formation continue accroît les écarts de qualification qui préexistaient, ce qui contribue à bloquer l'ascenseur social», résume la ministre.

Elle rappelle qu'il est fort probable que les personnes rentrant sur le marché du travail aujourd'hui n'exerceront pas le même métier toute leur vie. Il parait donc essentiel pour le gouvernement de continuer à acquérir des compétences professionnelles. Malgré une augmentation du taux de chômage de 0,1 point au troisème trimestre de 2019, Muriel Pénicaud semble optimiste : «Entre les besoins forts de recrutement, l'appel d'air en matière de mobilité que va créer l'application et le succès remporté par l'apprentissage, on en a encore sous le pied !», affirme-t-elle. 

À suivre aussi

Municipales 2020 Paris : à 2 mois de l'élection, la candidature de Benjamin Griveaux (re)lancée ?
Dans les sondages, David Belliard arrive en cinquième position en vue des municipales à Paris.
Municipales 2020 Paris : les Verts, majoritaires dans les esprits mais pas dans les urnes ?
Donald Trump s’était déjà vanté récemment que, grâce à sa décision de casser les réglementations sur le débit d’eau.
Etats-Unis En meeting, Donald Trump promet aux Américains des... lave-vaisselles plus puissants

Ailleurs sur le web

Derniers articles