Mort de 13 soldats français au Mali : Daesh affirme être à l'origine de la collision

Daesh affirme avoir tendu une embuscade à un convoi de soldats français.[James WILLIAM / SIRPA / AFP]

Daesh a affirmé, via ses organes de communication habituels, être à l’origine de la collision au Mali de deux hélicoptères de l’armée française, dans laquelle 13 militaires ont péri.

La dramatique collision s’est produite lundi lors d’une opération de combat de nuit contre des jihadistes. Les hélicoptères avaient été appelés pour appuyer des commandos parachutistes dans le Liptako, aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso où la force française Barkhane mène régulièrement des opérations contre les groupes armés, dont l’Etat islamique Grand Sahara (EIGS).

Une embuscade de Daesh ? 

Dans un communiqué, Daesh affirme avoir tendu une embuscade à un convoi de soldats français. Un des hélicoptères transportés des renforts a tenté d’atterrir sur le lieu de l’embuscade mais, selon le groupe terroriste, «les soldats du califat ont tiré en direction de l’appareil, le forçant à se retirer et au final il est entré en collision avec un autre hélicoptère».

Pour l’heure, l’armée française n’a pas réagi aux déclarations de Daesh. Mercredi, le général François Lecointre, chef d’état-major des Armées, avait indiqué ne pas «savoir exactement ce qui s’est passé», disant attendre le résultat des analyses des boîtes noires, qui ont été récupérées.

Un hommage national aux 13 militaires décédés dans la collision aura lieu lundi 2 décembre aux Invalides.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles