Tourisme : les littoraux grands gagnants de l'été 2019, grâce à une clientèle française

Les littoraux normands et des Hauts-de-France (ici le cap Gris Nez, dans le Pas-de-Calais) ont connu la plus forte hausse de fréquentation touristique à l’été 2019.[DENIS CHARLET / AFP]

Pour la troisième année consécutive, la saison touristique en France a connu une hausse de fréquentation. Au total, 316 millions de nuitées ont été enregistrées durant les six mois considérés par l’Insee comme la saison d’été (avril à septembre).

Les hébergements collectifs touristiques (campings, hôtels, centre de vacances, appartements meublés…) ont vu leur fréquentation augmenter de 2,2% sur un an, à 316 millions de nuitées. La hausse été de 1,2% en 2018 et 6,1% en 2017. «La croissance est portée cette année par la clientèle résidente (+3,2%), alors que la fréquentation des non-résidents (étrangers, ndlr) est stable», commente l'Insee. Elle a été «plus forte dans les campings (+2,9%) et les autres hébergements collectifs touristiques (+2,6%) que dans les hôtels», précise-t-elle. La saison d'été a fini sur une note positive grâce aux campings, dont la fréquentation a augmenté de 4,1% en septembre.

Cet été, le nombre de touristes venus du Royaume-Uni et des Pays-Bas a baissé, tandis que ceux d'Espagne et d'Allemagne étaient en plus grand nombre.

la Normandie et les Hauts-de-France ont séduit, la corse moins

Par régions, un grand quart nord-ouest du pays a connu une hausse nettement supérieure à la moyenne métropolitaine. «En Normandie, l'Armada de Rouen et le 75e anniversaire du débarquement ont attiré autant touristes français qu'étrangers, tandis que la saison estivale dans les Hauts-de-France est tirée par le littoral et les touristes venus de l'Hexagone (+9,5% pour 9,8 millions de nuitées)», détaille l’Insee.

Les touristes sont aussi venus plus nombreux en Centre-Val-de-Loire, (+4,6%), comme en Bretagne et dans les Pays de la Loire (environ +4%), ou encore en Auvergne-Rhône-Alpes (+4,% pour près de 35 millions de nuitées), surtout dans les massifs montagneux. 

Les bords de mer du sud de la France n’ont en revanche pas connu cette dynamique, avec un net recul en Corse (7% de moins qu’en 2018) et une légère diminution pour le littoral Paca (-0,2%). La région a néanmoins pu compter sur ses montagnes (+7,7%) pour gagner en clientèle.

Grandes villes, Méditerranée et Île-de-France sont les plus attractifs

L’Occitanie s’est stabilisée (+0,9%) et le nombre de touristes en Nouvelle-Aquitaine a grimpé de 3,1% de touristes. En Ile-de-France, après deux étés en forte hausse (+7,6% en 2018 et +13,7% en 2017), la fréquentation touristique estivale est restée quasi-stable (+0,3%, près de 47 millions de nuitées) par rapport à l'été 2018, et «la hausse de la clientèle résidente (+4,1%) compense à peine la baisse des nuitées des non-résidents (−2,6%)».

L’étude de l’Insee met en avant que les sites préférés des touristes sont les grandes villes (69 millions de nuitées, hors Île-de-France), devant le littoral méditerranéen (56 millions) et l’Île-de-France (47 millions). Viennent ensuite les littoraux atlantique et bretons (39 et 17 millions), puis les Alpes (11 millions). Les littoraux nord et normand (10 millions de nuitées), les autres massifs français (3 millions) et les Pyrénées (2 millions) ferment la marche.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles