Intelligence artificielle : Facebook mise sur la France

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook a annoncé ce mardi 2 juin, la création d'un laboratoire d'intelligence artificielle à Paris. [Josh Edelson / AFP]

L’avenir de l’informatique, Facebook compte l’écrire à Paris. Le groupe américain a officialisé mardi 4 juin sa volonté de développer au cœur de la capitale un centre de recherche tourné vers l’intelligence artificielle.

 

Et c’est une équipe internationale, placée sous la houlette des Français Yann LeCun, professeur à la New York University, et de Florent Perronnin, ancien directeur de recherche chez Xerox, qui sera chargée de ce projet.

Pour l’heure, six chercheurs sont réunis dans ses locaux du 17e arrondissement qui devraient en accueillir à terme une quarantaine. Et le choix de l’Hexagone pour implanter cette division n’est pas anodin. "Nous avons choisi Paris pour sa concentration de talents dans le domaine de la recherche en informatique et en intelligence artificielle et avec lesquels nous voulons travailler", s’est expliqué Mike Schroepfer, directeur technique de Facebook.

Leurs travaux porteront principalement sur le traitement automatique du langage, la reconnaissance du langage et des images. Des domaines qui pourront s’avérer très utiles, notamment pour le développement du réseau social qui compte aujourd’hui 1,4 milliard d’utilisateurs dans le monde. Facebook compte en effet mettre en avant des systèmes puissants capables de trier rapidement, et en fonction des goûts de ses abonnés, la masse colossale de données partagées chaque jour sur sa plate-forme (photos, vidéos, messages…).

Par ailleurs, il pourrait permettre également d’aller encore plus loin dans le domaine de l’apprentissage des machines.

 

Une volonté forte de se diversifier

Les travaux parisiens compléteront ceux des chercheurs du Fair (Facebook artificial intelligence reseach) basés aux Etats-Unis. Ceci témoigne de la volonté de diversification lancée par la société de Mark Zuckerberg ces trois dernières années.

Facebook investit déjà plusieurs milliards d’euros en matière de réalité virtuelle (Oculus Rift) ou autour des drones, tandis que la recherche et le développement représentent déjà 40 % de l’ensemble de ses dépenses.

 

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles