Traduction automatique : Systran sur les traces de «Star Trek»

Le transcoder de Star Trek permettait à ses héros de converser dans toutes les langues. [© Paramount Pictures]

Le transcoder de «Star Trek», permettant de converser oralement en n’importe quelle langue, pourrait être une réalité dans moins de cinq ans. La société française Systran y croit et développe déjà un moteur de traduction automatique bluffant.

Si elle n'intègre pas encore les mots utilisés par diverses races extraterrestres comme peut le faire l'appareil de la célèbre série de science-fiction, cette solution peut tout même déjà traiter trente langues différentes par écrit. Surtout, elle offre une traduction des idiomes bien plus pertinente que celle générique proposée par Google Traduction.

Pour y parvenir, Systran s’appuie sur le «deep learning», les algorithmes de son système permettant d’apprendre à la manière d’un cerveau humain. 

A lire aussi : Facebook traduira bientôt vos publications en 44 langues

«Nous avons développé un moteur de traduction neuronal, à qui l’on apprend à comprendre les bases d’une langue pour en parfaire sa connaissance grâce à des textes traduits par des professionnels (des corpus)», explique François Mas­semin, vice-président du secteur EMEA de Systran.

Une solution sollicitée par les Etats et les multinationales

La société compte parmi ses utilisateurs l’armée, les services secrets et certains organismes européens, pour traduire de façon neutre et non-subjective des textes sensibles ou juridiques. «Certaines multinationales en font également un usage collaboratif dans leur process de production, afin de les unifier dans différents pays», ajoute François Massemin.

Pour le grand public, Systran propose un service gratuit sur son site et prépare déjà l’avenir pour des traductions orales qui nous faciliteront la vie à l’étranger. D'autres applications sont envisagées notamment dans le secteur de la robotique. «La fameuse loi de Moore a explosé, souligne François Massemin. Il n'est donc pas impensable d'imaginer l'arrivée d'un traducteur universel voice to voice d'ici à cinq ans.»

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles