Le graffeur Jo Di Bona sublime la capitale

Couronné du prestigieux 1er Prix du graffiti de la Fondation EDF en 2014, Jo Di Bona enchaine depuis les expositions internationales et les fresques murales. [©Jo Di Bona]

C’est un graffeur haut en couleur. Figure emblématique de la scène street art parisienne, Jo Di Bona doit son succès fulgurant au pop graffiti, une technique dont il est l’inventeur, mêlant le collage, le graffiti et des clins d’oeils appuyés à la culture pop.

Reconnu pour ses oeuvres colorées aux traits vifs, Jo Di Bona excelle dans son art en créant des visages en mouvement empreints de poésie et d’émotions. Parmi ces œuvres phares, on peut citer par exemple le « Mur de l'amour », rue Alibert (10e), réalisé en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre et inspiré de La « Liberté guidant le peuple » d'Eugène Delacroix ou encore la fresque réalisée sur la place de la République en hommage aux réfugiés syriens.

jo-di-bona-republique.jpg

©Jo Di Bona

Grands personnages historiques ou inconnus de passage, ce fauvisme des temps modernes apporte la même tendresse quelque soit le sujet. Plus récemment, l’artiste a également réalisé une fresque à Ground Control pour les 50 ans de mai 1968, où l'on y voit un groupe de manifestants, dont un étudiant tenant un porte-voix, des visages de jeunes et quelques fragments d’affiches.  

50-ans-de-mai-68-by-jo-di-bona-c3a0-ground-control-paris-2018.jpg

©Jo Di Bona

Celui qui a fait ses armes artistiques en banlieue parisienne sur les murs et trains, fait aujourd’hui l’objet de nombreuses expositions-ventes et réalisations privées. Le public pourra par exemple admirer, voire acquérir, l’une de ses œuvres le 19 juin lors de l’exposition « Art For Autism » organisé par Artcuria ou se rendre en septembre prochain à la Galerie Sakura (4e). 

jane-alone-by-jo-di-bona-2017-100x100-technique-mixte-sur-toile.jpg

©Jo Di Bona

Les amateurs du graffiti pourront également apercevoir quelques-unes de ses réalisations, dont le mur pour la Coupe du monde 2018, à l’accueil de la chaîne Cnews, à Boulogne-Billancourt, pour lequel il a été convié par le graffeur Zenoy, pilier de la galerie parisienne Ange Basso. Une fresque à la gloire des futurs héros bleus de l'Equipe de France, que l'on retrouve tout au long des sujets Coupe du Monde traités par la chaîne.

mk1a3338_0.jpg

©C.Ronchin pour Cnews

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles